Pourquoi pas le Festival des hommes Blancs hétéros ?

Il y en a que pour la diversité par les temps qui courent. Le Canada sans oublier le Québec est un pays accueillant, tolérant et ouvert. L’actualité prodigue une démonstration ostentatoire de cet état de fait.

Les groupes qui s’inspirent de l’acronyme LGBTQ+ font la manchette en cette période. Le festival  de la Fierté qui démontre la présence des homosexuels et lesbiennes sous l’appellation anglaise de Gay bat son plein comme jamais cette année. Les médias leur accordent une place prépondérante, disons même outrancière. On y célèbre la différence sexuelle hors norme. Il y a tant de pays qui les exècrent  au point de les exécuter.

La grande fête inclut ceux qui pratiquent leurs ébats sexuels avec les deux sexes également. Comme si cela avait une importance au point de les médiatiser.

Viennent s’ajouter les Trans, soit ceux et celles qui sont insatisfaits du sexe dans lequel ils sont nés et qui souhaitent qu’on les reconnaisse comme appartenant  à l’autre sexe. Ils sont peu nombreux, mais souhaitent se joindre publiquement à la Fierté. Lire la suite

Les vieux sont-ils tous des sages que nous voulons honorer ?

Quand j’étais plus jeune, les vieux (disons au-dessus de 75 ans), me paraissaient comme des sages. On devenait sage en vieillissant, soit en atteignant l’âge de la sérénité et en portant la légendaire barbe blanche. Maintenant que je suis octogénaire, je ne partage plus cette impression. Le vieil homme à la barbe blanche est beaucoup plus un mythe que la réalité qui m’entoure.

Je souhaitais écouter les réflexions bien pensées acquises par l’expérience inspirante d’une longue vie idéale. Dans les faits, je souhaitais prétentieusement vieillir harmonieusement et devenir moi-même ce sage vertueux. Il est vrai que j’apprécie ces moments où je réfléchis, où je pénètre en dedans de moi-même pour trouver des réponses à de multiples questions existentielles. Je peux persévérer des heures dans cet état mystique et inspiré loin du brouhaha de la vie qui m’entoure.

Le retour à la vie trépidante me réintègre dans ma personnalité courante et sociale. On ne change pas en vieillissant. On continue cette longue vie avec ses travers et ses qualités. On continue à manifester nos ressentiments, nos désirs, nos besoins, nos bêtises et nos bonnes actions. Lire la suite

La liberté d’expression et la censure.

De l’information, ça fourmille à la tonne. Il en pleut à profusion. Ça foisonne comme ce n’est pas possible. On se demande à quel saint se vouer. On appelle ça la liberté d’expression. On a tous une opinion à exprimer. Il y en a même qui en font un métier à exprimer leurs opinions. Il y a bien les médias qui servent d’outil, mais on ajoute à cela les réseaux sociaux. N’y a-t-il pas un lieu plus propice qu’un repas autour d’une table pour amorcer des débats. Les universités convient à tous les tenants de la liberté de parole même si c’est là que des manifestations l’ont mis en péril. Il n’y a certes pas mieux que les livres où la façon de penser de bien des intellectuels s’y livre avec abondance.

La liberté d’expression est un droit fondamental consacré à l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Lire la suite

Les Résidences pour personnes âgées (RPA) sont-elles des ghettos qui éloignent les vieux de la vraie vie ?

J’entendais l’autre jour, lors d’un documentaire à la télévision, un supposé spécialiste raconter que « les vieux avaient avantage à garder leurs racines dans le quartier qu’ils connaissent et avec les gens qu’ils fréquentent depuis longtemps».

« Il ajoutait que les vieux devraient se tenir loin des ces Résidences qui les déracinent et les confinent avec encore des vieux ».

Les cheveux m’ont dressé sur la tête ! Je gage que ce spécialiste n’a jamais mis les pieds dans une RPA. Je ne contredis pas que les avantages soient évidents pour les vieux qui peuvent évoluer au sein de leurs familles.

Par contre, ils sont si nombreux à choisir de vivre dans une RPA. Avec ma conjointe, je me suis joint à cette cohorte, il y a un an. Sommes-nous si déconnectés de la réalité pour avoir fait ce choix ?

Ajoutons qu’il suffit de se réaliser combien les hommes et femmes d’affaires, avides de succès, investissent en ce moment dans la construction de nombreuses RPA avec l’espoir de répondre aux besoins et à la demande pour les années à venir. Lire la suite

On ne veut plus faire d’enfants !

Beaucoup de jeunes ne veulent pas engendrer des enfants. Il n’est pas question de les faire naître et vivre avec les perspectives de vie désastreuses annoncées.

La crise climatique avec sa chaleur et ses tempêtes, les feux de forêt, l’écologie, la pollution, la pauvreté, les guerres, la politique corrompue, l’inaction gouvernementale, la liberté de la génération actuelle, autant de raisons exprimées par les jeunes lors de sondages et d’études internationales et locales.

L’écoanxiété apparaît comme le désagrément de vivre chez les 16-30 ans. La santé mentale surgit comme un élément à considérer tout comme la crainte devant les défis qui nous attendent. 

Mais chose surprenante, la perte des avantages de la vie sociale comme les voyages, les restaurants et les spectacles, le confort d’une maison et des autos neuves, la poursuite d’une carrière intéressante est mentionnée pour ne pas engendrer des enfants surtout par les femmes. Lire la suite

Le CIRQUE DU SOLEIL se préoccupe de sa clientèle.

Le CIRQUE DU SOLEIL est aussi un grand de la planète grâce aussi à de petites choses qui lui permettent de grandir.  Pour en faire le panégyrique, j’ose vous raconter la petite anecdote qui va suivre. Bien sûr que je me situe au centre de cette dernière, car j’en fus avec Diane le grand bénéficiaire.

Dois-je attester qu’avec ma conjointe nous sommes de grands admirateurs du CIRQUE DU SOLEIL. Depuis Alegria, nous avons assisté à presque tous les spectacles présentés en primeur sous le chapiteau  à Montréal.  Mais, il y a un…MAIS!  Car  Diane souffre maintenant d’une dystrophie musculaire qui ne lui permet pas de marcher sur une longue distance ni de monter un escalier.

Par expérience, nous savons que pour assister à une représentation du CIRQUE DU SOLEIL, il faut marcher longuement à partir du stationnement du QUAI DE L’HORLOGE  jusqu’au site du grand chapiteau. Il faut aussi monter de nombreuses marches pour accéder à une place dans les gradins.

Voilà les conditions réunies pour mettre un terme à notre assiduité légendaire. À la condition que cette organisation du Québec puisse nous faciliter la tâche. Lire la suite

Les vieilles et les vieux doivent descendre dans la rue.

À 96 ans, quand Janette Bertrand prend la parole, c’est pour mobiliser les vieux. Elle veut les voir prendre la rue. Imaginez. Que dire des États généraux des vieux qu’elle propose afin de savoir et faire savoir ce qu’ils veulent. Il ne faut pas laisser aux élus et leurs gouvernements ainsi qu’aux fonctionnaires devant leurs bureaux le soin de décider du sort des vieux.

Que les vieux prennent leurs vieilles casseroles tout usées et les tambourinent dans la rue comme le font tant d’autres, je pense aux Acadiens, pour faire connaître leurs attentes et leurs besoins ! C’est là une image qui porte à sourire ! Pourtant qui mieux que les personnes âgées peuvent le mieux comprendre et connaître ces besoins ?  Outre le 10 % des vieux qui subissent le sort de la démence, ils sont beaucoup plus nombreux, que dis-je une armée, de vieux intelligents et bien articulés qui peuvent exprimer leurs besoins.

Comme l’affirme Janette Bertrand, il n’y a personne autant que les vieux eux-mêmes pour décrire les services gouvernementaux et sociétaux qui leur siéent. Ces vieux vaquent, pour ce faire, à leurs occupations quotidiennes, souvent malgré les maux qui les affligent tellement, dans leurs maisons ou appartements. Lire la suite

La culture générale a-t-elle foutu le camp ?

Contrairement au savoir « utile » qu’on enseigne à l’école, un savoir qui mène à une proposition d’avenir et une proposition de travail, il y a aussi la culture générale, que plusieurs nomment  le savoir « inutile »,  celui qui permet de former le cerveau et l’intelligence à des connaissances générales.

Je me souviens du « cours classique » qui nous inculquait une vraie culture générale.  Chaque année, le thème abordait un de ces aspects. On commençait avec les « Éléments latins » la première année pour poursuivre avec la « Syntaxe », la « Méthode », la « Versification », les « Belles-Lettres », la « Rhétorique », puis la « Philosophie ».  Ces sept années donnaient accès à l’université.

De nombreux élèves ont critiqué ce cheminement.  Pourquoi apprendre le latin, cette langue morte, qui ne nous servira à rien dans nos emplois futurs ? disaient-ils. Le « cours classique » a été remplacé par le « secondaire » et le « Cegep » et l’étude de la « langue  latine » est devenue une option. Lire la suite

Peut-on parler de l’avenir des jeunes d’aujourd’hui ?

La jeunesse actuelle a-t-elle raison d’être anxieuse devant son avenir? A-t-elle hérité d’une planète détraquée ? Je serais porté à dire non. Quoique je ne sache quoi répondre à toutes leurs questions existentielles.

 Ils sont inquiets au sujet du réchauffement du climat sur la planète. Survivront-ils aux degrés annoncés par les scientifiques ? On n’imagine pas un seul pays atteignant les cibles élaborées pour éviter un réchauffement catastrophique. Les cataclysmes naturels nous frappent déjà à une plus grande fréquence. Que ce soient les inondations, les feux de forêt, les ouragans ou les tornades ! La pollution du territoire en fera-t-elle un immense dépotoir dégradant ?

 Beaucoup de jeunes d’aujourd’hui ne veulent plus donner naissance à des enfants pour ne pas les faire vivre au milieu d’un avenir aussi peu prometteur. Une excellente idée pour réduire notre population et notre nation à un statut de folklorique. Qui prendra la relève, sinon les immigrants de pays en panne de richesses et de libertés ?   Lire la suite

Nos jeunes n’ont pas de mémoire.

En observant l’arrière de nos automobiles, je remarque sur nos plaques d’immatriculation les trois mots suivants : JE ME SOUVIENS. Quand je demande ce que ces mots veulent dire, j’entends beaucoup de…EUH! Surtout de la part de nos jeunes qui n’ont pas de mémoire.

 Ils sont rares ceux qui peuvent discourir sur notre Histoire et notre passé.  En fait, on ne se souvient pas !

Quand je regarde certains reportages étrangers à la télévision,  la connaissance approfondie de l’Histoire de leurs pays me laisse interloquer.  Même chez les très jeunes.  J’ajouterais que lorsqu’ils émigrent au Québec et qu’ils s’expriment sur les hauts faits de leur pays d’origine, ils les racontent éloquemment.  D’autre part, ils connaissent peu les péripéties de l’histoire de ce pays qu’ils adoptent.

Par contre, nos jeunes ont la mémoire courte.  Bien souvent, ils ignorent même qui est René Lévesque. L’Expo 67 est un événement dans le brouillard de leur savoir.  Les Jeux olympiques se résument à un nom, celui de la grande championne Nadia Comaneci.  Bien sûr, je généralise.  À l’encontre, je découvre bien des jeunes qui me surprennent avec un discernement plein d’acuité de notre Histoire. Pourquoi  eux ? Lire la suite

Encore les enfants impossibles. Et les parents, eux ?

J’ai déjà écrit deux textes sur les enfants turbulents et agresseurs. Vous pouvez y avoir accès parmi les textes au bas de cette page. Le sujet est toujours d’actualité. Les professeurs sont exténués et plusieurs d’entre eux atteignent le niveau du « burn-out ».

On rapporte que les enfants crachent sur leurs enseignants, les insultent, les frappent, les ridiculisent et leur tiennent des propos offensants. En pleine crise, ils lancent des chaises, ils crient et mordent.  Ils se jettent par terre en hurlant : « j’ai le droit ». Ils ont 7 et 8 ans. Et même beaucoup moins. Certains directeurs affirment qu’ils doivent appeler la police pour faire respecter l’autorité. On comprend facilement que les candidatures pour cette profession de professeur ne font pas la queue. «INCROYABLE », me direz-vous!

Je n’invente rien ! Je viens de lire ce que je vous raconte. Les nouvelles à la télé le rapportent et les documentaires traitent de ce sujet. Ce sont les enseignants, les techniciens spécialistes, les pédiatres, les neurologues, les psychiatres et les chercheurs qui décrivent ces comportements incongrus. Lire la suite

Combien de milliards de dollars pleuvent sur les autochtones ?

Nous n’avons qu’à lire et à écouter les nouvelles et les reportages qui concernent les Autochtones pour se rendre compte que les tous les gouvernements regroupés leur attribuent des milliards de dollars.  Soit en argent, soit en subventions, soit en matériaux et en services divers.

Cette assistance représente une cagnotte considérable pour moins de deux millions d’individus répartis à travers le Canada. Au premier abord, je me questionne sur l’utilisation de ces dollars quand les mêmes nouvelles racontent les misères et les conditions de vie très rudimentaires d’une grande partie de cette population.

On ne cesse de parler de pauvreté, de drogues, de suicides, de délinquance, d’agressions de toutes sortes et de violences. Je m’en voudrais de passer sous silence le contrôle mafieux  de la réserve de Kanesatake où il n’y a plus de services de policiers autochtones ou canadiens. Autant de problèmes qui devraient être résolus grâce aux juteuses subventions gouvernementales. Lire la suite

Les perles de sueurs glissaient sur mon visage. Ce sera comme ça en 2050 !

Je pense que la planète va se réchauffer à coup sûr. Je ne crois pas que l’humanité va réussir à poser les gestes concrets nécessaires pour stopper la hausse de la température anticipée.  Bien sûr, il fera chaud et la sueur sera au rendez-vous. Ceux dont la santé sera précaire disparaîtront de la planète et les autres apprendront à s’y acclimater.

Je me souviens,  à bord de notre voilier,  nous avons mouillé l’ancre à Trinidad sous une chaleur extrême record de 40 degrés et une humidité accablante. La sueur perlait sur mon visage. Il s’agissait d’une température record.

Je fis appel à un mécanicien local Noir trinidadien. Pendant qu’il travaillait sur le moteur, je remarquai que lui aussi avait des goûtes de sueur sur le visage. Je lui offris une bouteille d’eau pour l’hydrater.  Il me répondit qu’il la boira seulement après le travail.

Je réalisai que les Trinidadiens sont habitués à supporter la chaleur intense de leur climat. Alors que pour nous, elle est suffocante. À l’opposé, ces mêmes Trinidadiens trouveraient insupportable le froid de notre climat hivernal, alors que nous le supportons plus facilement qu’eux. Lire la suite

La monarchie est-elle vraiment désuète ?

Ça y est ! Depuis l’accession de Charles 3 au titre de Roi de l’Angleterre et des États du Commonwealth dont Le Canada, la monarchie est au banc des accusés. Est-il vrai que la monarchie est devenue un régime gouvernemental passéiste ?  Pourtant je compte 40 pays où règnent des rois sur la planète. Ces pays sont-ils les plus mal gouvernés ?

Nommons la Norvège, le Danemark, la Suède et les Pays-Bas, en somme des petits pays de l’Europe du Nord qui font partie des pays les mieux gouvernés et où les peuples sont les plus heureux selon des sondages internationaux. Dois-je préciser que les concitoyens de ces pays sont fiers de leurs rois qu’ils se sont inter échangés au cours des siècles derniers ?

Dois-je aussi spécifier que ces rois n’appartiennent pas à la classe de la richissime aristocratie de la reine ou du roi de l’Angleterre et des États du Commonwealth ? Lire la suite

L’Univers, le Cosmos est-il une matérialisation de Dieu ?

Avec ma compagne, j’ai vécu 8 ans sur notre voilier. Nous avons, bien sûr, partagé la conduite  de ce dernier au cours d’une multitude de nuits. Loin des lumières des villes, le ciel est parsemé de milliards de petites lumières qui sont en réalité des astres, des planètes, des étoiles et autres. Elles sont sises à des années-lumière du cockpit de notre voilier.  Évidemment, la Terre est une planète parmi elles.

Nous voguions sur les longues vagues au milieu de la grande mer des Caraïbes. Tout était noir autour de nous, à l’exception de cette voûte céleste. Je restais perplexe sous ce dôme digne des lumières de Noël. Parfois la pleine lune illuminait la crête blanchâtre des vagues.

Que de réflexions philosophiques m’ont hanté ! Que de découvertes spirituelles m’ont fait grandir ! Jusqu’où cet Univers s’étale-t-il au-delà de l’horizon ?  J’y ai construit plusieurs théories, mais une, en particulier, que je vous propose dans les lignes qui suivent. Lire la suite

Et la mort, qu’en pensez-vous ?

On parle peu de la mort autour de moi. Comme si ce sujet ne suscitait pas l’intérêt. Ce n’est pas un sujet courant de conversation. Et pourtant. J’imagine que toutes les facettes de la mort trotte dans la tête de tous et chacun. Elle fait peur à certains et n’importune pas les autres.  

Mais ! La vieillesse nous interroge tous davantage. Et nourrit bien des conversations. Car c’est de vieillir qui est préoccupant! Pas de mourir ! À moins que..!

Pourtant je reste patois devant le nombre de vieux qui s’affolent devant la vieillesse et non la mort! Elle panique cette peur qui se manifeste devant le fait de vieillir. Pas question de s’appeler « VIEUX ». Le mot s’amalgame, à tort, à la maladie et la décrépitude. On préfère le terme «AÏNÉ» qui n’a pourtant aucun rapport commun avec les vieux de 50 à 100 ans. On minimise la mort, on diabolise la vieillesse pour glorifier la jeunesse. Lire la suite

Nous sommes face à la volte-face d’un visionnaire.

En juin 2021, j’avais écrit un texte qui s’intitulait : « Le tunnel de Québec, l’œuvre d’un chef visionnaire ». J’y citais la liste des œuvres qui ont marqué l’Histoire grâce à la vision d’un chef. Bien souvent, la vision fut décriée par beaucoup d’opposants.

Plus près de nous, le maire de Montréal Jean Drapeau, impressionné par le métro de Paris, décida de doter sa ville d’un métro. Que serait aujourd’hui, la métropole de Montréal sans l’initiative du chantier magistral du premier métro ?

Rappelons-nous le holà négatif autour de la construction de la Tour Eiffel à Paris. Celle-ci est devenue le symbole de cette capitale. Que serait Paris sans cette tour ? Et si Eiffel avait abdiqué !

Rappelons-nous la nationalisation de l’électricité au Québec par le tandem Lévesque-Parizeau.  Hydro-Québec est devenue un joyau économique du Québec. Robert Bourassa n’a-t-il pas été la bougie d’allumage du barrage de la baie James ? Et s’il avait capitulé devant les détracteurs, où en serait-on aujourd’hui ? Lire la suite

Les chanteurs cachent leur visage derrière de gros microphones.

INCROYABLE. La technologie a tellement évolué en si peu de temps. Comme moi, les vieux de 81 ans ont suivi toute son évolution. En1960, les microphones avaient tous des fils qui les reliaient aux amplificateurs.  Aujourd’hui, fini ces fils. Une antenne les relie à une boîte derrière le dos de l’artiste et qu’on voit parfois. Une autre antenne relie cette boîte à l’amplificateur numérique. Un technicien  derrière l’amplificateur  syntonise  la qualité de chacun des microphones.  

SITUATION SAGRENUE ! Les chanteurs tiennent leurs micros proches de la bouche comme s’ils les mangeaient, comme si c’était nécessaire pour capter leur voix. N’est-ce pas la tâche du technicien d’informer le chanteur que son travail consiste d’aller capter sa voix à différentes distances ?

De plus, ces microphones portent une ombre foncée sur la figure des artistes à tel point qu’on ne les reconnaît plus.

Pourtant, on est en 2023 et la technologie qui fait rouler un « quad » et voler un hélicoptère sur la planète Mercure à partir d’un contrôle sur la terre devrait faire mieux pour les chanteurs. Lire la suite

Le ministère de l’ÉDUCATION devrait se nommer le ministère de l’INSTRUCTION

Je me souviens dans ma tendre jeunesse que nous parlions du ministère de l’Instruction publique. Puis vint le célèbre rapport Parent qui donna naissance à un coup de barre dans le système scolaire et universitaire au Québec.

C’est le ministre Paul Gérin-Lajoie qui devint le premier ministre de l’Éducation, des Loisirs et des Sports. Ce titre sera appelé à changer souvent, soit presque à la venue de chaque nouveau ministre. C’est peu dire puisqu’il y eut un nombre impressionnant de ministres de l’Éducation  au cours du 20e et du 21e siècle. 

À l’arrivée de la CAQ au pouvoir, on scinda en deux soit un ministère pour le primaire et le secondaire et un autre pour le CÉGEP et l’Université.

Mais c’est une histoire qui commença, il y a bien longtemps. Quand les prémisses de la scolarisation naquirent au Québec, l’année 1842 s’inscrivit dans les bouquins des historiens. Le dossier passa des laïques au clergé et revint aux laïques. Une histoire dithyrambique que je n’ose aborder, car les péripéties qui l’entourent ne sont pas le sujet de ce texte.

Le ministère de l’Éducation et des Loisirs, tel que nommé aujourd’hui, me laisse perplexe. Je préférerais le nom de ministère de l’Instruction, tel qu’on l’a déjà identifié auparavant. Lire la suite

Gratien Gélinas : un grand homme OUBLIÉ !

Dans le cadre des conférences de l’Université du troisième âge, je viens d’assister à une présentation éloquente donnée par la petite fille de Gratien Gélinas à l’auditorium de la Résidence Soleil à Brossard.

Bien sûr, je connais Gratien Gélinas depuis mon enfance, du moins je pensais le connaître comme tous ceux de ma génération !  Le Québec a oublié celui qui a été la bougie d’allumage des humoristes, des dramaturges, des cinéastes et des grands comédiens. Celui qui a donné au Québec une vraie salle de théâtre : la Comédie canadienne. Il est mort avant d’atteindre l’année 2000. Son nom semble boudé, snobé et oublié.

Pas une rue (sauf à St-Tite), pas une salle, pas un trophée, pas un hommage ne porte son nom. Comme s’il n’avait pas existé.  Absent de l’Histoire culturelle du Québec.

Pourtant, dans les années 30 et 40,  il a créé le personnage de Fridolin, ce petit garçon, naïf, en culotte courte qui critiquait la société de l’époque avec humour. Il fut sans contexte le premier humoriste qui connut un succès populaire. Lire la suite

Le bénévolat, est-ce une affaire de vieux ?

Je vis dans une résidence pour personnes âgées. Une résidence importante qui comprend 2 phases reliées par un couloir où logent plus de 1000 vieux. L’autre jour, le comité des résidents a organisé une fête pour honorer les 200 bénévoles qui rendent des services aux résidents du Manoir Brossard. 

Imaginez le portrait ! Une liste de 200 bénévoles parmi les résidents au service de 1000 personnes et plus. Ils sont nombreux à consacrer leur énergie et leur temps à organiser des événements, à s’occuper de la santé et apporter une contribution à la vie sociale de l’établissement. Bien sûr, tout cela bénévolement ! On comprend pourquoi cette résidence a la réputation d’offrir un si grand nombre d’activités à ceux qui y louent un appartement.

Le bénévolat au Québec est omniprésent.  On ignore combien ils sont ces gens bienveillants qui apportent une contribution à la société. Ils font des tâches sans être rémunérés quand les autres accomplissent des tâches seulement en fonction d’une rétribution pécuniaire. Ils sont une armée de bénévoles gonflés d’humanisme qui ne veut qu’apporter une part d’eux-mêmes, une expérience de vie, un témoignage de bonté et un coup de main inestimable. Lire la suite

On tente de sauver la planète…en la détruisant.

Les métaux rares sont nécessaires dans la construction des voitures électriques, de leurs piles électriques et des fils en cuivre qui doivent relier la multitude de bornes. Il y a aussi  tous ces appareils numériques qui ont besoin des métaux rares pour leur fonctionnement sans oublier  ces nombreuses éoliennes qui en réclame autant et dont la durée de vie est si courte. Leurs déchets polluants ne sont pas biodégradables. Pire encore, l’extraction des Métaux rares saccage en toute impunité la nature.

Voici un texte qui demandera à mes lecteurs une attention particulière puisqu’il contient bien des détails techniques sur les Métaux rares, nécessaires à la réflexion qui suivra  et qui expliquera le choix du titre évocateur.

Il faut sauver la planète et combattre la couche d’ozone. Haro sur le baudet ! À bas le carburant. Fustigeons le pétrole polluant qui nourrit les autos, les camions, les avions, etc. Vive la voiture électrique qu’on met sur un piédestal comme la solution salvatrice. Lire la suite

Une jeunesse violente à l’école

Les reportages à la télévision et dans les journaux ne cessent de rapporter une foule d’événements qui racontent les violences, les humeurs de maladies mentales, les intimidations qui affectent le comportement de nos jeunes depuis la maternelle.

Suis-je trop vieux pour porter un jugement correct ou pour comparer la jeunesse d’aujourd’hui avec celle où j’ai évolué.

Un reportage à la télévision la semaine passée décrivait un comportement malsain à une maternelle. Un jeune de 5 ans a battu et largement blessé son professeur et un autre, du même âge, a entièrement détruit le local de la maternelle lors d’une colère incontrôlée.

Imaginez ! À la maternelle !!! Lire la suite

Et dire qu’il y en a qui ne veulent pas d’enfants.

Que ce soit souvent à la télévision dans les entrevues, dans les documentaires, dans les journaux et revues, elles sont nombreuses les jeunes femmes qui affirment ne pas vouloir d’enfants. Elles ne veulent pas mettre au monde un enfant qui vivra dans le monde actuel et à venir.

Elles sont généralement jeunes et d’une génération plus récente. Plusieurs sont des vedettes artistiques qui ont le privilège d’être invitées à des émissions du genre «talk show ». Celles que j’ai entendues ont une opinion négative de la société. L’avenir est noir à leurs yeux. L’environnement et le climat futur s’annoncent désastreux.

Elles affirment sans ambages qu’elles rendent service à ce nouveau-né qui ne verra jamais le jour et ne vivra pas dans un monde pollué.

 Pourtant, ne nous privent-elles pas de grands chefs qui, un jour, contribueront à résoudre les problèmes de la société? De la pollution ? Du partage de la richesse ? Lire la suite

La société n’aime pas les vieux.

L’autre jour, on m’a félicité parce que je ne parais pas mon âge. Donc, je parais plus jeune. Quel compliment futile ! Comme si seulement paraître plus jeune était un compliment pour un vieux. Pour ceux qui s’y accrochent, peut-être ? Qu’on me dise que je vieillis bien. Qu’on me dise que je fais un beau vieux. Qu’on me dise que j’ai l’air serein. Cela me plaît.

Qu’on me demande ce que je pense de certaines idées. Cela m’honore. En quoi, le fait de dire à quelqu’un qu’il a l’air plus jeune est un compliment ? Quelle est cette obsession de rajeunir son aspect extérieur ? D’avoir l’air plus jeune ? Depuis quand vieillir est-il laid ? Je connais tellement de jeunes…laids. La beauté n’a rien à voir avec l’âge. Elle est d’ailleurs toujours imparfaite. On appelle ça le syndrome du « jeunisme ». Encore un mot inventé ! Mais paraître plus jeune, je classe cela dans l’âgisme.

Notre société n’aime pas les vieux qui ont l’air vieux. Et ça, ce n’est pas un jeu de mots. On me dira qu’il faut avoir le cœur jeune. Quelle imbécillité ! Mon cœur est aussi vieux que ma peau. Quand on nous inflige ces compliments si insignifiants, même les vieux sont gênés d’être vieux. Lire la suite

Qu’arrive-t-il à notre jeunesse ?

Une étude effectuée dans plusieurs établissements scolaires de différents niveaux a illustré que le même phénomène d’une telle délinquance et d’un tel harcèlement prend des proportions d’une ampleur sans commune mesure au point de provoquer la démission d’un grand nombre de professeurs.

L’intimidation intense entre élèves devient monnaie courante dans nos écoles. Il en résulte des bagarres avec blessures sans négliger les séquelles psychologiques qui accableront les victimes pendant de nombreuses années.

 Les autorités scolaires sont dépassées et ignorent les solutions à être apportées. D’autant plus que plusieurs batailles sévères se déroulent à l’extérieur de l’école comme au restaurant McDonald ou au restaurant Tim Horton du quartier. Des dégâts  y sont rapportés. La police avertie semble se résoudre à ne pouvoir intervenir efficacement.

Effarant constitue le nombre d’étudiants atteint par le TDAH et autres maladies obsessionnelles  comme le syndrome neurologique de la Tourette. Les générations actuelles consomment allégrement des médicaments  comme le Ritalin ainsi que de nombreux antidépresseurs en lieu de bonbons.

Qu’arrive-t-il à notre jeunesse ? Lire la suite

Je me souviens (2 ième partie)

Dans la première partie du document « Je me souviens », j’ai présenté les grands moments de la Révolution tranquille. Évidemment, c’était succinct.  Dans ce texte qui suit, je tente de raconter l’émergence  de la langue française.

Statistiques Canada, a confirmé avec les chiffres à l’appui que le déclin de la langue française était bien amorcé au Québec.  Ce qui me désole quand on sait tous les efforts réussis pour revigorer cette langue au cours de la Révolution tranquille.

Dans le monde entier, la langue anglaise s’infiltre dans tous les pays pour faciliter la mondialisation. Imaginons l’influence des millions d’anglophones du continent nord-américain qui encerclent le petit noyau de Québécois francophones.

Statistiques Canada a démontré aussi que le bilinguisme au Canada a augmenté seulement chez les francophones du Québec.  Les entreprises exigent de plus en plus la connaissance de l’anglais lors des embauches. Comme cela se passait avant la Révolution tranquille. On revient donc à la case de départ. Lire la suite

Je me souviens… de la Révolution tranquille.

Je suis né en 1941, en plein milieu de la Deuxième Guerre mondiale.  Que d’années se sont écoulées. Un précieux savoir a germé comme une encyclopédie qu’on peut consulter dans la bibliothèque de ma vie. Hélas, les jeunes hésitent  à s’y référer. Ils ont souvent des idées nouvelles où règne l’absence de l’Histoire.

On m’a raconté qu’avant moi, nous étions sous la coupole de la colonisation anglaise et l’hégémonie de la colonisation cléricale de l’Église catholique.  Nous vivions sous l’égide des prêtres et  au rythme du calendrier catholique.  Grâce au curé de ma paroisse, la projection des films de cowboys a regroupé et enthousiasmé tous les enfants de la paroisse dont j’étais, car la télévision n’existait pas.

Je me souviens de ces longs défilés religieux qui arpentaient les rues de la paroisse. J’étais ce garçonnet impressionné qui les a tous toisés, assis sur la galerie de notre maison. En ces temps, la vie religieuse catholique nourrissait  avec ostentation cette ferveur des paroissiens. Lire la suite

La mode actuelle prend naissance dans les pays sous-développés.

Inutile de vous rappeler que ma longue vie m’a permis de réaliser de nombreux et nombreux voyages. La curiosité a fait de moi un voyeur. Surtout de remarquer que les œuvres sur le corps de multiples peuples ou les habitudes de décorations extérieures de ces mêmes corps façonnent et ornent ces nombreuses ethnies. Elles les différencient les unes des autres. Je me souviens de chacune d’elles par leurs parures qui sont issues sans aucun doute de cette quintessence qui les a bâties.La mode actuelle prend naissance dans les pays sous-développés.

Je me souviendrai toujours des barbus du Moyen-Orient. On aurait dit que les rasoirs n’étaient pas encore existants chez eux.Et que dire des  « jeans » en denim délavés, pleins de trous et souvent trop grands chez ces Portoricains des bas-fonds de New York.

En fait, tous les hommes des peuples pauvres du monde s’en prévalent alors que les femmes continuent de porter les costumes traditionnels. En fait, elles commencent, elles aussi, à bien des endroits à préférer le denim qui prédomine sur la planète. Ce tissu qui sied si bien à la pauvreté pour sa durabilité. Lire la suite

La vieillesse, ça n’arrive qu’aux autres.

Combien de fois j’ai entendu le commentaire suivant de la part d’un septuagénaire : « JE NE SUIS PAS VIEUX, JE SUIS JEUNE DE CŒUR » ! Ou encore cette publicité d’un réseau de Résidences pour personnes âgées : « POUR LES JEUNES DE PLUS DE 70 ANS » !

Quel est cette attitude qu’on a de refuser de vieillir ? Quelle est cette obsession de toujours se qualifier de jeunes. Même quand nos artères prennent un coup de vieux.

La jeunesse commence avec la naissance jusqu’à 30 ans et la vieillesse naît avec la réception du premier chèque de pension gouvernemental, comme en Espagne et au Canada, soit à 65 ans et se termine avec notre dernier soupir.  

C’est un choix devenu consensuel dans beaucoup de pays.  Ce n’est pas une question de santé et de forme physique et psychique comme le propagent ceux qui ne veulent pas vieillir. C’est une question de chiffres, d’âge et une période de transition dans la vie. Lire la suite