Avatar photo

A propos CLAUDE BÉRUBÉ, 81 ans, Région Brossard

À PROPOS DE CLAUDE BÉRUBÉ

Combien de milliards de dollars pleuvent sur les autochtones ?

Nous n’avons qu’à lire et à écouter les nouvelles et les reportages qui concernent les Autochtones pour se rendre compte que les tous les gouvernements regroupés leur attribuent des milliards de dollars.  Soit en argent, soit en subventions, soit en matériaux et en services divers.

Cette assistance représente une cagnotte considérable pour moins de deux millions d’individus répartis à travers le Canada. Au premier abord, je me questionne sur l’utilisation de ces dollars quand les mêmes nouvelles racontent les misères et les conditions de vie très rudimentaires d’une grande partie de cette population.

On ne cesse de parler de pauvreté, de drogues, de suicides, de délinquance, d’agressions de toutes sortes et de violences. Je m’en voudrais de passer sous silence le contrôle mafieux  de la réserve de Kanesatake où il n’y a plus de services de policiers autochtones ou canadiens. Autant de problèmes qui devraient être résolus grâce aux juteuses subventions gouvernementales. Lire la suite

Les perles de sueurs glissaient sur mon visage. Ce sera comme ça en 2050 !

Je pense que la planète va se réchauffer à coup sûr. Je ne crois pas que l’humanité va réussir à poser les gestes concrets nécessaires pour stopper la hausse de la température anticipée.  Bien sûr, il fera chaud et la sueur sera au rendez-vous. Ceux dont la santé sera précaire disparaîtront de la planète et les autres apprendront à s’y acclimater.

Je me souviens,  à bord de notre voilier,  nous avons mouillé l’ancre à Trinidad sous une chaleur extrême record de 40 degrés et une humidité accablante. La sueur perlait sur mon visage. Il s’agissait d’une température record.

Je fis appel à un mécanicien local Noir trinidadien. Pendant qu’il travaillait sur le moteur, je remarquai que lui aussi avait des goûtes de sueur sur le visage. Je lui offris une bouteille d’eau pour l’hydrater.  Il me répondit qu’il la boira seulement après le travail.

Je réalisai que les Trinidadiens sont habitués à supporter la chaleur intense de leur climat. Alors que pour nous, elle est suffocante. À l’opposé, ces mêmes Trinidadiens trouveraient insupportable le froid de notre climat hivernal, alors que nous le supportons plus facilement qu’eux. Lire la suite

La monarchie est-elle vraiment désuète ?

Ça y est ! Depuis l’accession de Charles 3 au titre de Roi de l’Angleterre et des États du Commonwealth dont Le Canada, la monarchie est au banc des accusés. Est-il vrai que la monarchie est devenue un régime gouvernemental passéiste ?  Pourtant je compte 40 pays où règnent des rois sur la planète. Ces pays sont-ils les plus mal gouvernés ?

Nommons la Norvège, le Danemark, la Suède et les Pays-Bas, en somme des petits pays de l’Europe du Nord qui font partie des pays les mieux gouvernés et où les peuples sont les plus heureux selon des sondages internationaux. Dois-je préciser que les concitoyens de ces pays sont fiers de leurs rois qu’ils se sont inter échangés au cours des siècles derniers ?

Dois-je aussi spécifier que ces rois n’appartiennent pas à la classe de la richissime aristocratie de la reine ou du roi de l’Angleterre et des États du Commonwealth ? Lire la suite

L’Univers, le Cosmos est-il une matérialisation de Dieu ?

Avec ma compagne, j’ai vécu 8 ans sur notre voilier. Nous avons, bien sûr, partagé la conduite  de ce dernier au cours d’une multitude de nuits. Loin des lumières des villes, le ciel est parsemé de milliards de petites lumières qui sont en réalité des astres, des planètes, des étoiles et autres. Elles sont sises à des années-lumière du cockpit de notre voilier.  Évidemment, la Terre est une planète parmi elles.

Nous voguions sur les longues vagues au milieu de la grande mer des Caraïbes. Tout était noir autour de nous, à l’exception de cette voûte céleste. Je restais perplexe sous ce dôme digne des lumières de Noël. Parfois la pleine lune illuminait la crête blanchâtre des vagues.

Que de réflexions philosophiques m’ont hanté ! Que de découvertes spirituelles m’ont fait grandir ! Jusqu’où cet Univers s’étale-t-il au-delà de l’horizon ?  J’y ai construit plusieurs théories, mais une, en particulier, que je vous propose dans les lignes qui suivent. Lire la suite

Et la mort, qu’en pensez-vous ?

On parle peu de la mort autour de moi. Comme si ce sujet ne suscitait pas l’intérêt. Ce n’est pas un sujet courant de conversation. Et pourtant. J’imagine que toutes les facettes de la mort trotte dans la tête de tous et chacun. Elle fait peur à certains et n’importune pas les autres.  

Mais ! La vieillesse nous interroge tous davantage. Et nourrit bien des conversations. Car c’est de vieillir qui est préoccupant! Pas de mourir ! À moins que..!

Pourtant je reste patois devant le nombre de vieux qui s’affolent devant la vieillesse et non la mort! Elle panique cette peur qui se manifeste devant le fait de vieillir. Pas question de s’appeler « VIEUX ». Le mot s’amalgame, à tort, à la maladie et la décrépitude. On préfère le terme «AÏNÉ» qui n’a pourtant aucun rapport commun avec les vieux de 50 à 100 ans. On minimise la mort, on diabolise la vieillesse pour glorifier la jeunesse. Lire la suite

Nous sommes face à la volte-face d’un visionnaire.

En juin 2021, j’avais écrit un texte qui s’intitulait : « Le tunnel de Québec, l’œuvre d’un chef visionnaire ». J’y citais la liste des œuvres qui ont marqué l’Histoire grâce à la vision d’un chef. Bien souvent, la vision fut décriée par beaucoup d’opposants.

Plus près de nous, le maire de Montréal Jean Drapeau, impressionné par le métro de Paris, décida de doter sa ville d’un métro. Que serait aujourd’hui, la métropole de Montréal sans l’initiative du chantier magistral du premier métro ?

Rappelons-nous le holà négatif autour de la construction de la Tour Eiffel à Paris. Celle-ci est devenue le symbole de cette capitale. Que serait Paris sans cette tour ? Et si Eiffel avait abdiqué !

Rappelons-nous la nationalisation de l’électricité au Québec par le tandem Lévesque-Parizeau.  Hydro-Québec est devenue un joyau économique du Québec. Robert Bourassa n’a-t-il pas été la bougie d’allumage du barrage de la baie James ? Et s’il avait capitulé devant les détracteurs, où en serait-on aujourd’hui ? Lire la suite

Les chanteurs cachent leur visage derrière de gros microphones.

INCROYABLE. La technologie a tellement évolué en si peu de temps. Comme moi, les vieux de 81 ans ont suivi toute son évolution. En1960, les microphones avaient tous des fils qui les reliaient aux amplificateurs.  Aujourd’hui, fini ces fils. Une antenne les relie à une boîte derrière le dos de l’artiste et qu’on voit parfois. Une autre antenne relie cette boîte à l’amplificateur numérique. Un technicien  derrière l’amplificateur  syntonise  la qualité de chacun des microphones.  

SITUATION SAGRENUE ! Les chanteurs tiennent leurs micros proches de la bouche comme s’ils les mangeaient, comme si c’était nécessaire pour capter leur voix. N’est-ce pas la tâche du technicien d’informer le chanteur que son travail consiste d’aller capter sa voix à différentes distances ?

De plus, ces microphones portent une ombre foncée sur la figure des artistes à tel point qu’on ne les reconnaît plus.

Pourtant, on est en 2023 et la technologie qui fait rouler un « quad » et voler un hélicoptère sur la planète Mercure à partir d’un contrôle sur la terre devrait faire mieux pour les chanteurs. Lire la suite

Le ministère de l’ÉDUCATION devrait se nommer le ministère de l’INSTRUCTION

Je me souviens dans ma tendre jeunesse que nous parlions du ministère de l’Instruction publique. Puis vint le célèbre rapport Parent qui donna naissance à un coup de barre dans le système scolaire et universitaire au Québec.

C’est le ministre Paul Gérin-Lajoie qui devint le premier ministre de l’Éducation, des Loisirs et des Sports. Ce titre sera appelé à changer souvent, soit presque à la venue de chaque nouveau ministre. C’est peu dire puisqu’il y eut un nombre impressionnant de ministres de l’Éducation  au cours du 20e et du 21e siècle. 

À l’arrivée de la CAQ au pouvoir, on scinda en deux soit un ministère pour le primaire et le secondaire et un autre pour le CÉGEP et l’Université.

Mais c’est une histoire qui commença, il y a bien longtemps. Quand les prémisses de la scolarisation naquirent au Québec, l’année 1842 s’inscrivit dans les bouquins des historiens. Le dossier passa des laïques au clergé et revint aux laïques. Une histoire dithyrambique que je n’ose aborder, car les péripéties qui l’entourent ne sont pas le sujet de ce texte.

Le ministère de l’Éducation et des Loisirs, tel que nommé aujourd’hui, me laisse perplexe. Je préférerais le nom de ministère de l’Instruction, tel qu’on l’a déjà identifié auparavant. Lire la suite

Gratien Gélinas : un grand homme OUBLIÉ !

Dans le cadre des conférences de l’Université du troisième âge, je viens d’assister à une présentation éloquente donnée par la petite fille de Gratien Gélinas à l’auditorium de la Résidence Soleil à Brossard.

Bien sûr, je connais Gratien Gélinas depuis mon enfance, du moins je pensais le connaître comme tous ceux de ma génération !  Le Québec a oublié celui qui a été la bougie d’allumage des humoristes, des dramaturges, des cinéastes et des grands comédiens. Celui qui a donné au Québec une vraie salle de théâtre : la Comédie canadienne. Il est mort avant d’atteindre l’année 2000. Son nom semble boudé, snobé et oublié.

Pas une rue (sauf à St-Tite), pas une salle, pas un trophée, pas un hommage ne porte son nom. Comme s’il n’avait pas existé.  Absent de l’Histoire culturelle du Québec.

Pourtant, dans les années 30 et 40,  il a créé le personnage de Fridolin, ce petit garçon, naïf, en culotte courte qui critiquait la société de l’époque avec humour. Il fut sans contexte le premier humoriste qui connut un succès populaire. Lire la suite

Le bénévolat, est-ce une affaire de vieux ?

Je vis dans une résidence pour personnes âgées. Une résidence importante qui comprend 2 phases reliées par un couloir où logent plus de 1000 vieux. L’autre jour, le comité des résidents a organisé une fête pour honorer les 200 bénévoles qui rendent des services aux résidents du Manoir Brossard. 

Imaginez le portrait ! Une liste de 200 bénévoles parmi les résidents au service de 1000 personnes et plus. Ils sont nombreux à consacrer leur énergie et leur temps à organiser des événements, à s’occuper de la santé et apporter une contribution à la vie sociale de l’établissement. Bien sûr, tout cela bénévolement ! On comprend pourquoi cette résidence a la réputation d’offrir un si grand nombre d’activités à ceux qui y louent un appartement.

Le bénévolat au Québec est omniprésent.  On ignore combien ils sont ces gens bienveillants qui apportent une contribution à la société. Ils font des tâches sans être rémunérés quand les autres accomplissent des tâches seulement en fonction d’une rétribution pécuniaire. Ils sont une armée de bénévoles gonflés d’humanisme qui ne veut qu’apporter une part d’eux-mêmes, une expérience de vie, un témoignage de bonté et un coup de main inestimable. Lire la suite

On tente de sauver la planète…en la détruisant.

Les métaux rares sont nécessaires dans la construction des voitures électriques, de leurs piles électriques et des fils en cuivre qui doivent relier la multitude de bornes. Il y a aussi  tous ces appareils numériques qui ont besoin des métaux rares pour leur fonctionnement sans oublier  ces nombreuses éoliennes qui en réclame autant et dont la durée de vie est si courte. Leurs déchets polluants ne sont pas biodégradables. Pire encore, l’extraction des Métaux rares saccage en toute impunité la nature.

Voici un texte qui demandera à mes lecteurs une attention particulière puisqu’il contient bien des détails techniques sur les Métaux rares, nécessaires à la réflexion qui suivra  et qui expliquera le choix du titre évocateur.

Il faut sauver la planète et combattre la couche d’ozone. Haro sur le baudet ! À bas le carburant. Fustigeons le pétrole polluant qui nourrit les autos, les camions, les avions, etc. Vive la voiture électrique qu’on met sur un piédestal comme la solution salvatrice. Lire la suite

Une jeunesse violente à l’école

Les reportages à la télévision et dans les journaux ne cessent de rapporter une foule d’événements qui racontent les violences, les humeurs de maladies mentales, les intimidations qui affectent le comportement de nos jeunes depuis la maternelle.

Suis-je trop vieux pour porter un jugement correct ou pour comparer la jeunesse d’aujourd’hui avec celle où j’ai évolué.

Un reportage à la télévision la semaine passée décrivait un comportement malsain à une maternelle. Un jeune de 5 ans a battu et largement blessé son professeur et un autre, du même âge, a entièrement détruit le local de la maternelle lors d’une colère incontrôlée.

Imaginez ! À la maternelle !!! Lire la suite

Et dire qu’il y en a qui ne veulent pas d’enfants.

Que ce soit souvent à la télévision dans les entrevues, dans les documentaires, dans les journaux et revues, elles sont nombreuses les jeunes femmes qui affirment ne pas vouloir d’enfants. Elles ne veulent pas mettre au monde un enfant qui vivra dans le monde actuel et à venir.

Elles sont généralement jeunes et d’une génération plus récente. Plusieurs sont des vedettes artistiques qui ont le privilège d’être invitées à des émissions du genre «talk show ». Celles que j’ai entendues ont une opinion négative de la société. L’avenir est noir à leurs yeux. L’environnement et le climat futur s’annoncent désastreux.

Elles affirment sans ambages qu’elles rendent service à ce nouveau-né qui ne verra jamais le jour et ne vivra pas dans un monde pollué.

 Pourtant, ne nous privent-elles pas de grands chefs qui, un jour, contribueront à résoudre les problèmes de la société? De la pollution ? Du partage de la richesse ? Lire la suite

La société n’aime pas les vieux.

L’autre jour, on m’a félicité parce que je ne parais pas mon âge. Donc, je parais plus jeune. Quel compliment futile ! Comme si seulement paraître plus jeune était un compliment pour un vieux. Pour ceux qui s’y accrochent, peut-être ? Qu’on me dise que je vieillis bien. Qu’on me dise que je fais un beau vieux. Qu’on me dise que j’ai l’air serein. Cela me plaît.

Qu’on me demande ce que je pense de certaines idées. Cela m’honore. En quoi, le fait de dire à quelqu’un qu’il a l’air plus jeune est un compliment ? Quelle est cette obsession de rajeunir son aspect extérieur ? D’avoir l’air plus jeune ? Depuis quand vieillir est-il laid ? Je connais tellement de jeunes…laids. La beauté n’a rien à voir avec l’âge. Elle est d’ailleurs toujours imparfaite. On appelle ça le syndrome du « jeunisme ». Encore un mot inventé ! Mais paraître plus jeune, je classe cela dans l’âgisme.

Notre société n’aime pas les vieux qui ont l’air vieux. Et ça, ce n’est pas un jeu de mots. On me dira qu’il faut avoir le cœur jeune. Quelle imbécillité ! Mon cœur est aussi vieux que ma peau. Quand on nous inflige ces compliments si insignifiants, même les vieux sont gênés d’être vieux. Lire la suite

Qu’arrive-t-il à notre jeunesse ?

Une étude effectuée dans plusieurs établissements scolaires de différents niveaux a illustré que le même phénomène d’une telle délinquance et d’un tel harcèlement prend des proportions d’une ampleur sans commune mesure au point de provoquer la démission d’un grand nombre de professeurs.

L’intimidation intense entre élèves devient monnaie courante dans nos écoles. Il en résulte des bagarres avec blessures sans négliger les séquelles psychologiques qui accableront les victimes pendant de nombreuses années.

 Les autorités scolaires sont dépassées et ignorent les solutions à être apportées. D’autant plus que plusieurs batailles sévères se déroulent à l’extérieur de l’école comme au restaurant McDonald ou au restaurant Tim Horton du quartier. Des dégâts  y sont rapportés. La police avertie semble se résoudre à ne pouvoir intervenir efficacement.

Effarant constitue le nombre d’étudiants atteint par le TDAH et autres maladies obsessionnelles  comme le syndrome neurologique de la Tourette. Les générations actuelles consomment allégrement des médicaments  comme le Ritalin ainsi que de nombreux antidépresseurs en lieu de bonbons.

Qu’arrive-t-il à notre jeunesse ? Lire la suite

Je me souviens (2 ième partie)

Dans la première partie du document « Je me souviens », j’ai présenté les grands moments de la Révolution tranquille. Évidemment, c’était succinct.  Dans ce texte qui suit, je tente de raconter l’émergence  de la langue française.

Statistiques Canada, a confirmé avec les chiffres à l’appui que le déclin de la langue française était bien amorcé au Québec.  Ce qui me désole quand on sait tous les efforts réussis pour revigorer cette langue au cours de la Révolution tranquille.

Dans le monde entier, la langue anglaise s’infiltre dans tous les pays pour faciliter la mondialisation. Imaginons l’influence des millions d’anglophones du continent nord-américain qui encerclent le petit noyau de Québécois francophones.

Statistiques Canada a démontré aussi que le bilinguisme au Canada a augmenté seulement chez les francophones du Québec.  Les entreprises exigent de plus en plus la connaissance de l’anglais lors des embauches. Comme cela se passait avant la Révolution tranquille. On revient donc à la case de départ. Lire la suite

Je me souviens… de la Révolution tranquille.

Je suis né en 1941, en plein milieu de la Deuxième Guerre mondiale.  Que d’années se sont écoulées. Un précieux savoir a germé comme une encyclopédie qu’on peut consulter dans la bibliothèque de ma vie. Hélas, les jeunes hésitent  à s’y référer. Ils ont souvent des idées nouvelles où règne l’absence de l’Histoire.

On m’a raconté qu’avant moi, nous étions sous la coupole de la colonisation anglaise et l’hégémonie de la colonisation cléricale de l’Église catholique.  Nous vivions sous l’égide des prêtres et  au rythme du calendrier catholique.  Grâce au curé de ma paroisse, la projection des films de cowboys a regroupé et enthousiasmé tous les enfants de la paroisse dont j’étais, car la télévision n’existait pas.

Je me souviens de ces longs défilés religieux qui arpentaient les rues de la paroisse. J’étais ce garçonnet impressionné qui les a tous toisés, assis sur la galerie de notre maison. En ces temps, la vie religieuse catholique nourrissait  avec ostentation cette ferveur des paroissiens. Lire la suite

La mode actuelle prend naissance dans les pays sous-développés.

Inutile de vous rappeler que ma longue vie m’a permis de réaliser de nombreux et nombreux voyages. La curiosité a fait de moi un voyeur. Surtout de remarquer que les œuvres sur le corps de multiples peuples ou les habitudes de décorations extérieures de ces mêmes corps façonnent et ornent ces nombreuses ethnies. Elles les différencient les unes des autres. Je me souviens de chacune d’elles par leurs parures qui sont issues sans aucun doute de cette quintessence qui les a bâties.La mode actuelle prend naissance dans les pays sous-développés.

Je me souviendrai toujours des barbus du Moyen-Orient. On aurait dit que les rasoirs n’étaient pas encore existants chez eux.Et que dire des  « jeans » en denim délavés, pleins de trous et souvent trop grands chez ces Portoricains des bas-fonds de New York.

En fait, tous les hommes des peuples pauvres du monde s’en prévalent alors que les femmes continuent de porter les costumes traditionnels. En fait, elles commencent, elles aussi, à bien des endroits à préférer le denim qui prédomine sur la planète. Ce tissu qui sied si bien à la pauvreté pour sa durabilité. Lire la suite

La vieillesse, ça n’arrive qu’aux autres.

Combien de fois j’ai entendu le commentaire suivant de la part d’un septuagénaire : « JE NE SUIS PAS VIEUX, JE SUIS JEUNE DE CŒUR » ! Ou encore cette publicité d’un réseau de Résidences pour personnes âgées : « POUR LES JEUNES DE PLUS DE 70 ANS » !

Quel est cette attitude qu’on a de refuser de vieillir ? Quelle est cette obsession de toujours se qualifier de jeunes. Même quand nos artères prennent un coup de vieux.

La jeunesse commence avec la naissance jusqu’à 30 ans et la vieillesse naît avec la réception du premier chèque de pension gouvernemental, comme en Espagne et au Canada, soit à 65 ans et se termine avec notre dernier soupir.  

C’est un choix devenu consensuel dans beaucoup de pays.  Ce n’est pas une question de santé et de forme physique et psychique comme le propagent ceux qui ne veulent pas vieillir. C’est une question de chiffres, d’âge et une période de transition dans la vie. Lire la suite

NOËL, de qui est-ce la fête ?

NOËL : c’est la bonne nouvelle d’une naissance qui a marqué presque tous les habitants de la terre pendant tant de siècles. Elle nous est racontée dans le Nouveau Testament soit par quatre évangiles.

Ces dernières furent rédigées une centaine d’années après la vie de Jésus, comme on l’a nommé. Il est évident que les évangiles ne furent pas écrits par ceux-là qui l’ont côtoyé, mais par les récits oraux des multiples disciples des générations qui suivirent.

Est-il né en décembre, en plein hiver, un 10, un  25 ou un 27. Ou en été à l’ombre des palmiers. Était-ce il y a 2000 ans ou 3000 ans ou 1500 ans. Les historiens n’arrivent pas à s’entendre. Le 25 décembre, proche du solstice d’hiver, il y a 2000 ans, a été la date retenue pour célébrer la naissance du Messie tant attendu. Mais là n’est pas l’important. Son message a été livré envers et contre tout. Lire la suite

La peur panique de vieillir.

L’OBSESSION DE LA JEUNESSE ÉTERNELLE ! Voilà le titre que les médias utilisent le plus pour  décrire le vieillissement au-delà des apparences.  Une obsession qui génère une industrie mondiale de cosmétiques et autres  de 350 milliards$.

Les femmes, et beaucoup d’hommes aussi, sont esclaves de la beauté, synonyme de jeunesse. L’obsession d’aujourd’hui consiste à dire que ce qui est jeune est plus beau.

Est-ce qu’on n’en fait pas trop pour ralentir le vieillissement ? Tombe-t-on trop facilement dans le piège de cette OBSESSION DE LA JEUNESSE ? Les personnes âgées ont hérité, avec les ans, chacune de leurs rides. Il faut apprendre à lire les rides. Elles racontent toutes les émotions, les joies, les peines, les rires, les pleurs,  les succès,  les malheurs et le bonheur d’une longue vie. Elles participent à façonner notre identité. Ne sont-elles pas des sourires gravés.

La grande actrice Anna Magnani avait dit à son photographe : « de grâce, ne retouchez pas mes rides. J’ai mis tant de temps à les gagner ». Lire la suite

La CENSURE revient au galop.

Je me souviens. Bien sûr, je me souviens encore. Comme si mes radotages de petit vieux prennent encore de la valeur en cette période qu’on dit de modernisme et d’aboutissements.

Il y a soixante ans, il y avait les films à l’index, les livres à l’index et les spectacles à l’index. À l’index veut-dire refusé par la censure. Et la censure était toujours imposée par l’autorité qui était religieuse à l’époque.  Holà à quiconque osait outrepasser les diktats de ces interdictions. Que de livres n’ont pu être lus qu’en catimini. Ces mêmes livres aujourd’hui trônent sur les tablettes et servent de lectures obligatoires dans certaines institutions publiques.

Remarquez que la censure religieuse est encore éminente dans les pays où règne la théocratie comme l’Iran, l’Afghanistan et tous les autres.

Mais la censure d’aujourd’hui dans notre pays est plus insidieuse. Elle est politique, elle est identitaire, elle est médiatique, elle est universitaire et multiple. Comme le mot « nègre » qui a subi l’opprobre de certains groupes influents de la négritude en obligeant les citoyens à le remplacer  par le mot en « n ». N’est-ce pas là une censure évidente. Lire la suite

Dire que la pénurie du personnel était un phénomène prévisible.

Il y a plusieurs années, je me souviens, on pérorait déjà sur la diminution des naissances chez les francophones. La natalité était insuffisante chez les Québécois de souche pour assurer la survie de la nation.  La fécondité étant  inférieure à 2,1 naissances par femme. C’est la norme minimale pour maintenir la stabilité d’une population.

Après la Deuxième Guerre mondiale, avec le retour des soldats, la fécondité a connu une hausse et donné naissance à une cohorte qu’on a baptisée la génération des « baby- boomers ». Dans les années 60, cette génération est devenue adulte et la force du secteur du travail. Elle était plus nombreuse pour prendre à son compte les coûts des investissements de l’État. On voyait déjà la fin de cette cohorte dont l’espérance de vie connaissait une hausse flagrante et annonçait une vieillesse plus nombreuse.

Déjà, la fécondité par femme diminuait  sans cesse dans la partie occidentale du monde. Déjà, une jeunesse moins nombreuse succédait  aux « baby-boomers ». Déjà, on entrevoyait cette population moins nombreuse pour assumer les paiements des investissements des « baby-boomers » et les emplois délaissés par ceux-ci accédant à la retraite. Lire la suite

Les vieux doivent cesser de se taire.

Moi aussi, dans la vingtaine, j’ai été un jeune animé du désir de tout changer lors de la décennie charnière de 1960.  Je trouvais alors « outrageusement vieux » les gens de 60 ans…et même de 50 ans.  La voie d’évitement, la voie de desserte, me semblait toute désignée pour eux.  Je déplorais le conservatisme des vieux, c’est-à-dire leur attachement à des valeurs dépassées.

Toute nouvelle idée, toute nouveauté étaient « LA » solution.  C’était l’heure d’une révolution, une Révolution tranquille. 

 NOUS ÉTIONS INVINCIBLES ! AUDACIEUX ! CONVAINCUS DE POUVOIR LA RÉALISER !  ET SURTOUT D’AVOIR RAISON. ! 

J’appartiens maintenant à cette génération de Vieux qui regarde et observe les jeunes : CES JEUNES INVINCIBLES ! AUDACIEUX !  CONVAINCUS DE POUVOIR RÉALISER LEURS NOUVELLES IDÉES !  ET SURTOUT D’AVOIR RAISON. ! Lire la suite

Faut-il des écoles pour garçons et d’autres pour filles ?

Qu’arrive-t-il à nos étudiants mâles devant la montée des notes scolaires de leurs consœurs ?  Les garçons délaissent aussi les études plus tôt qu’avant et laissent les filles prendre les devants. La médecine devient un champ d’une plus grande attirance pour la gent féminine. Bientôt elles seront majoritaires dans le cercle des médecins. Ce sera comme cela dans bien des secteurs à l’exception du génie qui demeure la discipline favorite des gars. De toute façon, les hautes études deviendront l’affaire des femmes, sans l’ombre d’un doute. À moins d’une intervention majeure.

Spécialisé dans les comportements difficiles à l’école, Égide Royer, dans une de ses publications, se demande «  pourquoi la majorité des jeunes en difficulté sont-ils des garçons ? Pour quelles raisons les retrouve-t-on, beaucoup plus fréquemment que les filles, placés en classe spéciale ou mis sous médication ? Comment expliquer que beaucoup plus de garçons que de filles ne terminent pas leurs études, sont suspendus et expulsés de l’école ? » Lire la suite

SOS ! Doit-on fossoyer le mot VIEUX?

« Non, je ne suis pas vieux, je suis jeune de cœur ! » Combien de fois n’ai-je entendu cette phrase ? Et  celle-ci : « Vous n’êtes pas vieux, vous paraissez jeune ! » et que dire de celle-ci :« Je ne suis pas un vieux, je suis un aîné ! ».

Quelle est cette peur de dire que nous sommes vieux quand nous le sommes ?  Bien des psychologues affirment que le mot « vieux » nous fait réaliser que nous sommes dans la dernière étape vers la « mort ». Et que nous craignons la mort. Est-ce vrai ?

 J’entends dire souvent que le mot vieux signifie la sénilité, la dégénérescence, la décrépitude, une vieillesse misérable, enfin vise les gens dans les CHSLD.  

Est-ce que le mot vieux vieillit ceux qui l’emploient ? Quand on a 70 ans et plus, sommes-nous gênés de nous considérer comme vieux ? Lire la suite

Les vieux doivent TRANSMETTRE les grandes valeurs.

J’ai écrit ce texte en 2012 soit un des premiers dans ce blogue. Je viens de le relire. Mes idées sont toujours les mêmes. Je ne saurais pas les écrire avec plus d’éloquence. J’espère que vous lirez ces lignes avec autant d’intérêt que j’ai mis à les écrire. Bonne lecture !

N’est-ce pas aux adultes de transmettre les grandes valeurs  de la société aux jeunes ?  Quelles sont ces valeurs qui animent les adultes, qu’ils ont apprises de leurs parents  et transmises à leurs enfants ? Pourvu que les valeurs continuent d’exister ! N’est-il pas un devoir pour les vieux de ma génération de transmettre tout ce que la vie leur a appris ? Encore faut-il que les générations qui suivent les écoutent. 

Les grandes valeurs sublimes et la morale ont toujours été un facteur identitaire pour les peuples et les civilisations.  Les principes de vie qui animent les êtres humains peuvent être moraux, sociaux, éthiques ou philosophiques selon les groupes homogènes auxquels ils appartiennent.  Lire la suite

La pauvreté est-elle un attribut inhérent à toutes les sociétés ?

Les nombreux voyages qui ont orné la multitude des années de ma vie m’ont apporté des connaissances, des observations et opinions sur plein de sujets que je voudrais façonner avec vous au cours des textes que je vous soumets.

J’ai côtoyé les divers visages de la pauvreté à travers le monde. Quoique certains voyages se sont déroulés hélas dans les secteurs plus à l’aise.

Pendant les huit ans à naviguer autour de la mer des Caraïbes, nous avons mouillé l’ancre dans l’arrière cour de petits villages où vivent les plus démunis pour ne pas dire les plus pauvres de ces pays. Il y a plus de quarante pays tout autour de cette mer. De toute ma vie, je n’ai jamais autant côtoyé des êtres humains qui vivent dans un dénuement presque total. Tous les pays de ce coin du globe que j’ai visités logent une classe d’habitants très pauvres, privés de la décence minimale. Lire la suite

Les partis d’oppositions doivent-ils toujours s’opposer ?

Les trop nombreux « partis d’oppositions » s’opposent toujours aux bonnes décisions du gouvernement. Comme si le gouvernement proposait toujours de mauvais projets et soumettait tout le temps des orientations mal fagotées. Les « partis d’oppositions » doivent-ils toujours s’opposer ?

Le scénario populaire veut que les « partis d’oppositions » aient comme mandat de toujours s’opposer catégoriquement à toutes les propositions gouvernementales. Dans les faits, la gouvernance de notre État annonce ses nouvelles lois dans un laps de temps et d’espaces que lui accordent la chambre et les médias. Mais voilà que les « partis d’oppositions » entrent en scène. En cet épisode actuel, ils ne sont pas deux, ni trois, mais quatre.  Ils ont droit à quatre périodes égales. Alors que le gouvernement n’aura eu qu’une seule période pour discourir. Lire la suite

Est-il vrai que les vieux coûtent cher à la société ?

Voilà une belle question à laquelle il faut répondre car elle fait encore une fois à une allusion péjorative qui circule gratuitement. Elle peut s’inscrire dans le dictionnaire de l’âgisme. Une autre belle affirmation gratuite à l’égard des personnes agées.

Les données officielles nous rappellent pourtant que 90 % de la population des 60 ans et plus est plus est active. Il est de notoriété qu’elle contribue de façon significative à l’économie et au bien-être de la société. Et comment ! Les bien-pensants ne trouvent pas les mots et les raisons qui expliquent comment cela est possible.

Si je vous déclare que les vieux de plus de 60 ans paient leurs impôts. Qu’ils  voyagent et explorent la planète. Voilà qui signifie qu’ils participent à cette économie. Et plus encore, ils remplissent nos salles de concert, de cinéma et de spectacles, ainsi que les bibliothèques. Si vous fréquentez  les restaurants, surtout à bonne heure, vous distinguerez facilement les crinières blanches. Je fus surpris de butiner en compagnie de vieux dans les boutiques de vêtements, etc. Sans cette population vieillissante les sphères de la culture, des sports et des loisirs feraient économiquement piètre figure. Lire la suite