Vite le champagne ! Célébrons et valorisons la vieillesse

Mis en avant

16 juin 2024

Vous souvenez-vous de vos trente ans ?  Moi, quand j’avais 30 ans, j’étais un tout jeune homme animé du désir de tout changer. Ma génération était en plein cœur de la Révolution tranquille.  Je trouvais ‹ VIEUX ›, mais ‹ Ô Combien VIEUX ›, les gens de 60 ans…et même de 50 ans.   Je déplorais leur conservatisme, c’est-à-dire leur attachement à des valeurs passées, surtout dépassées aux yeux de ma génération d’alors.

 ‹ TASSE-TOI PÉPÈRE ! LAISSE NOUS FAIRE ! NOUS ALLONS BRASSER LA CAGE ! › Toutes les nouvelles idées, toutes nouveautés étaient bienvenues comme étant LA seule solution.  C’était l’heure d’une révolution, une Révolution tranquille

Nous étions INVINCIBLES ! Nous étions AUDACIEUX !  Nous étions CONVAINCUS de pouvoir la réaliser !  Et surtout D’AVOIR RAISON ! 

Maintenant, âgé de 82 ans, j’appartiens à la génération des VIEUX SCHNOUKS, des VIEILLARDS qui regardent les jeunes « flos » : ces jeunes INVINCIBLES !  AUDACIEUX ! CONVAINCUS DE TOUT POUVOIR RÉALISER! Et surtout D’AVOIR RAISON !

Et je me demande ce qu’il va leur arriver. Je les trouve indisciplinés, non persévérants, branchés en permanence sur leurs appareils électroniques, avec peu de considérations pour les Vieux. Bien sûr que je prêche pour ma paroisse. Ce n’est plus comme dans mon temps…et c’est tant mieux comme ça. Lire la suite

La belle musique de mon enfance.

Mis en avant

Le 9 juin 2024.
Quand j’écoute de la musique classique et de grands airs d’opéra, quand j’écoute des airs de notre folklore autant canadien et américain que français, je fredonne toutes ces mélodies avec une grande aisance même si je ne les ai pas entendues depuis belle lurette. C’est toujours un plaisir de les réentendre et de les reconnaître aussi facilement.

Imaginez qu’après avoir fréquenté mes 82 ans, il s’est déroulé tout un répertoire musical, même très lointain. À tel point que je me demande quand j’ai entendu ces mélodies pour les apprendre et les retenir. Elles sont enfouies dans les méandres de mes souvenirs. Elles surgissent à l’improviste et je les reconnais comme si c’était hier. Mais quand était-ce ?

Commençons par la musique classique, que ce soit ‹ l’ouverture 1812 › de Tchaïkovski, ‹ la marche nuptiale › de Mendelssohn, la célèbre ‹ 5e symphonie › de Beethoven, ‹ les sonates, concertos et opéras › de Mozart, ‹ la Polonaise › de Chopin, ‹ les valses › de Johann Strauss, la ‹ célèbre marche › de Chostakovitch, ‹ le boléro › de Ravel et combien d’autres.

Je n’ai aucune souvenance du moment où je les ai écoutées. Quand ? Certes à plusieurs reprises pour si bien les connaître. Mais quand ? Je les fredonne pourtant si aisément. Lire la suite

Découvrir un monde souterrain et le secret le mieux gardé.

Mis en avant

J’ai fait la découverte d’un monde souterrain, du secret le mieux gardé.  Il s’agit de l’action humanitaire d’une armée de BÉNÉVOLES zélés, surtout GÉNÉREUX, auprès des plus pauvres de nos pauvres, de ces démunis de notre société, partout dans toutes les villes et petites municipalités et même dans des rangs isolés. 

Loin des nouvelles tendances individualistes, cette cohorte de BÉNÉVOLES consacre plus d’heures que ceux qui travaillent, (même que plusieurs bénévoles ont déjà un emploi,)  à venir en aide aux balafrés de la vie. 

Une GÉNÉROSITÉ humaine et noble, sans ostentation, déferle autour de nous, même si on ne la voit pas, et qui restaure une dignité à ceux qui l’ont égarée. 

J’ai été témoin d’une grandeur d’âme si  valorisante de la part d’une partie de la race humaine et je voudrais vous la raconter au cours de ce texte.

Il y a les comptoirs alimentaires, les tablées populaires, les popotes volantes, les Moissons qui distribuent des aliments.  Nourrir un humain, n’est-ce pas le besoin le plus élémentaire ? 

Que ce soient des friperies qui habillent décemment les démunis, les recycleurs de meubles qui fournissent les accessoires qui donnent du confort à leurs habitats précaires, les cuisines communautaires qui enseignent comment apprêter des repas convenables autres que des tartines au beurre d’arachides pour une famille ou pour des solitaires avec un revenu précaire. Lire la suite

BAISER ou FAIRE L’AMOUR, quelle différence ?

Mis en avant

« FAIRE L’AMOUR › quelle expression déjantée, employée à toutes les sauces !  Vous rencontrez un homme inconnu ou une femme inconnue, selon le cas, dans un bar ou autre lieu public.  Une heure plus tard, vous êtes dans son lit, ou ailleurs, en train de baiser, de forniquer, d’avoir une relation sexuelle avec cette personne qui vient de surgir dans le décor de votre vie.  La passion sexuelle vous stimule et provoque des orgasmes mémorables.  Le lendemain, vous affirmerez à vos copains que ‹ VOUS AVEZ FAIT L’AMOUR › et que vous êtes certain d’avoir rencontré ‹ L’AMOUR DE VOTRE VIE ›.  Une ‹ FUSION PASSIONNELLE ›, déclarerez-vous. 

 Comme si l’amour n’était qu’un «  PARTY  DE FESSES ».  Comme si le désir physique qui assaille le mâle et la femelle pour la suite du monde, soit LA PROCRÉATION, se substituait à l’amour.  Toute la flore et la faune de la planète, et de l’Univers doivent s’unir et transmettre la semence séminale pour engendrer et donner une suite à la vie. 

 Une histoire qui se répète depuis des milliards d’années et de toute éternité.  Des pulsions de plaisirs irrésistibles sonnent la cloche du réveil pour la séduction et la recréation.  Une façon incontestable imaginée par la nature pour s’assurer que la copulation se fasse.

Qu’il s’agisse d’un chien autant que d’un humain.  La biologie impose son mécanisme dans le monde animal.  Et même végétal.  De là à qualifier ce désir sexuel comme l’apanage de l’amour, il y a tout un monde.  Au surplus, allons-nous dire ‹ faire la haine › ? Lire la suite

Lisons-nous suffisamment ?

Mis en avant

BERNARD PIVOT a animé la célèbre émission APOSTROPHE sur la production littéraire à la télévision française et diffusé au Québec pendant quinze ans, devant six millions de téléspectateurs.

Par la suite, il a animé Bouillon de Culture et l’on se souvient tous de la GRANDE DICTÉE qui fut reprise au Québec par Paul-André Gérin-Lajoie avec aussi un grand succès.

Bernard Pivot vient de mourir à l’âge de 89 ans.

Je ne veux pas consacrer ce texte sur lui, mais sur la lecture des livres dont il fut une icône dans toute la francophonie.

Au Québec, comment se porte la lecture des livres ? Lit-on plus ou moins ? Avec l’avènement des appareils numériques comme les tablettes numériques et les téléphones cellulaires qui nous accaparent au moins quatre heures par jour, souvent pour des futilités, combien nous reste-t-il de temps pour lire un livre qui sait nourrir notre esprit ?

Sommes-nous un peuple analphabète ? Nous l’étions à l’époque où nous appartenions majoritairement à une cohorte d’agriculteurs. Mais le sommes-nous encore ? Il semble encore oui, mais à un nombre largement inférieur et surtout en partie seulement. Nous sommes plus éduqués et en plus grands nombres. Nous avons accès à un système d’éducation tellement plus élaboré et sophistiqué.

Les œuvres du passé des grands esprits demeurent, toujours et encore, de grandes œuvres. Quand j’insiste sur les grandes œuvres, ce sont les idées, le savoir, la poésie et surtout le choix des mots qui rendent la langue française si belle et si précise dans l’élaboration de la pensée. Lire la suite

Carmina Burana ! Un spectacle dont je vais me souvenir longtemps !

Mis en avant

19 avril 2024

Les GRANDS BALLETS CANADIENS ont présenté une œuvre passionnante à la Salle Wilfrid Pelletier de la Place des Arts, soit CARMINA BURANA. La publicité à la télévision était magistrale. Il n’en fallut pas plus pour que nous assistions à cette représentation dimanche dernier.

Edward Clug, qui a eu l’idée de présenter cette œuvre et qui en a fait une mise en scène audacieuse, est un GÉNIE. Une quarantaine de danseurs de haut calibre ont bougé en harmonie et dans une synchronisation si parfaite que je fus médusé à en couper le souffle. Je n’ose imaginer le travail ainsi que le nombre de répétitions auxquelles ils se sont astreints pour atteindre cette perfection.

Estomaqué, je fus par les mouvements de tous ces magnifiques corps, des mouvements originaux sans cesse nouveaux jusqu’à la dernière minute. Une chorégraphie où la joie de la musique s’y marie avec une précision d’orfèvre. Le rythme et la cadence sont continuellement en accord avec la musique. Cette dernière est inspirée par la musique religieuse et des textes médiévaux. Un chœur de 50 chanteurs avec des voix d’opéra les a interprétés avec puissance. Lire la suite

Les Walmart prolifèrent. Est-ce-la voie de l’avenir ?

Mis en avant

C’était en 1991, je crois, que le premier WALMART s’est installé au Québec. Vous souvenez-vous du tollé, que cela avait provoqué ? Cette entreprise américaine qui est devenue la plus grande entreprise actuelle au Canada n’aurait pas pu faire son entrée au Québec sans en bouleverser le paysage.

Je me souviens de la peur et des inquiétudes que cette nouvelle avait suscitées au sein de la population et des marchands, bien sûr. Des manifestations dans les rues s’étaient élevées pour s’opposer à la présence d’un Walmart qui allait tuer et faire fermer les petits commerces que les Québécois encourageaient depuis toujours.

Beaucoup de commerçants, en groupe, se rendirent à Plattsburgh pour voir c’était quoi un Walmart. Nos détaillants craignaient les « méthodes prédatrices » de Walmart qui avait la réputation de s’installer dans les petites villes et de faire fermer tous les commerces.

« Les politiciens ont craint l’arrivée d’une forme d’impérialisme américain, une dépossession de l’unité nationale ».

Aucun autre détaillant américain n’avait encore orchestré une telle expansion au Canada.

Aujourd’hui, 68 magasins Walmart au Québec emploient 1300 employés. Lire la suite

Des interprètes de la chanson qui manquent de souffle.

Mis en avant

J’ai toujours aimé fredonner les mélodies des belles chansons françaises. Cependant, les artistes de la nouvelle génération ne me facilitent pas la tâche. Je les écoute soit lors d’émissions de variétés à la télévision ou soit sur les canaux musicaux de Stingray sur le câble.
Malgré la réputation populaire qu’ils atteignent, je ne comprends les mots des œuvres de plusieurs compositeurs et interprètes. Par exemple, la jolie INGRID ST-PIERRE dont je ne saisis aucun mot de ses chansons ni ne capte la mélodie. Elle susurre le tout.
J’ajouterais celui qui a la réputation d’un poète soit LOUIS-JEAN CORMIER dont je n’ai compris aucun mot de ses chansons ni capté ses mélodies.
Imaginez que j’inclus dans ce palmarès Charlotte Cardin dont la carrière s’étend déjà partout sur la planète. Et qui reçoit les plus grands honneurs, dont un Juno. J’écoutais sur Stingray une chanson de son album Les Échardes dont je n’ai compris aucun mot. J’avoue que j’en ai saisi seulement la magnifique mélodie.

Dans ce palmarès j’ajoute entre autres Cœur de Pirates. Dans une émission à Paris, elle a chanté en duo avec Julien Clerc. On ne comprenait aucun mot venant d’elle, tandis que j’ai apprécié la voix, les paroles et les mélodies du chanteur. Hier soir, lors de la super francofête de la francophonie, elle a chanté, Hélène, la chanson fétiche de Roch Voisine avec lui. Les paroles étaient claires venant de la bouche du chanteur.
Il m’arrive quelques fois d’écouter l’émission Belle et Bum pour découvrir de nouveaux artistes et apprécier les anciens. Encore, je déplore mon incompréhension des paroles et musiques des jeunes et, bien souvent, de vétérans. Lire la suite

Le triste sort de l’UKRAINE.

Mis en avant

 Quel sort est réservé à ce pays prospère de 44 millions d’habitants. Sous les bombes de l’armée russe depuis deux ans, il n’est devenu qu’un champ de ruines désolantes.

L’UKRAINE a déjà fait partie de l’ex-URSS comme bien des pays qui voguent indépendamment depuis 1991. Le président-dictateur de la RUSSIE ACTUELLE, Wladimir Poutine, voudrait bien reconstituer cet empire démembré. Grâce à une armée importante, il a envahi l’UKRAINE pour s’en emparer et l’empêcher de joindre éventuellement les rangs de l’EUROPE et la protection de l’OTAN.

Cependant en attendant, pour recevoir des armes, l’Ukraine doit éviter de prendre une part active à ce conflit en n’attaquant pas la Russie sur son territoire. Elle ne doit que se défendre. Puisque les 31 membres de l’OTAN veulent éviter l’embrasement d’une guerre mondiale les impliquant contre la Russie, possiblement soutenue par la Chine.

Les pays européens qui sont membres de l’organisation militaire de l’OTAN, incluant les États-Unis et le Canada en Amérique, se sont portés à l’aide de l’Ukraine en fournissant exclusivement les armes utiles et un apport financier en souhaitant que ce pays joigne leurs rangs à la suite de ce sordide affrontement.

Mais voilà ! Ce pays qui n’est pas membre encore de l’OTAN doit se défendre SEUL contre l’invasion de la Russie. Sans avoir l’occasion favorable d’attaquer le territoire de la Russie. Lire la suite

Le « secteur privé » veut mettre la main sur Hydro-Québec.

Je suis né en 1941. Au Québec, on commençait à chuchoter dans les coulisses des propos concernant la nationalisation de l’électricité. Déjà, on pouvait y compter 11 grandes entreprises privées, appartenant à des magnas anglophones de Toronto et des États-Unis qui se partageaient le marché de l’électricité au Québec.

Elles ne desservaient que les territoires aisés et profitables. De telle sorte que de grands pans agricoles s’y voyaient exclus. Seules les chandelles et les lampes à pétrole y faisaient office d’éclairage. Les foyers aux longues cheminées et les poêles en acier, où s’entassaient des bûches de bois, réchauffaient les bâtiments durant les hivers rigoureux.

 Ces 11 compagnies se nommaient la Shawinigan Water and Power, la Québec Power, la Southern Canada Power, la Saint-Maurice Power, la Gatineau Power, la Compagnie de pouvoir du Bas-Saint-Laurent, la Compagnie électrique du Saguenay, la Northern Québec Power, la Compagnie électrique de Mont-Laurier, la Compagnie électrique de Ferme-Neuve et la Compagnie de pouvoir de La Sarre.

Ce sont là des compagnies dont le service est inégal, dont les tarifs peuvent être exorbitants, qui innovent peu et, surtout, des compagnies à l’intérieur desquelles peu de Canadiens français accèdent à des emplois.

Pourtant, durant ces années, les petites centrales de Manicouagan, Bersimis et des Outardes prennent forme. Hydro-Québec n’est responsable que de 32,4 % de la production de l’électricité dans la province.

20 ans plus tard, au début des années 60, le gouvernement Libéral de Jean Lesage remporta les élections sous le thème : « MAÎTRES CHEZ NOUS ». Lire la suite

DIEU existe-t-il ?

Mis en avant

Je viens de finir la lecture d’un livre corpulent et documenté de 578 pages dont le titre est : DIEU, LA SCIENCE ET LES PREUVES.  N’ayez aucune crainte, je ne vous livrerai pas tous les détails que ce livre expose. Mais je pense que de vous confier quelques grandes lignes faciles, je répète « faciles », que des philosophes, des scientifiques, des matérialistes et des religieux ont élaboré sur l’existence de Dieu, ces infos générales vous amèneront à réfléchir sur vos questions existentielles et à trouver un point d’ancrage personnel.

Bien sûr, comme vous, je suis né dans un bain de catholicisme. Comme vous, j’ai cru à cette histoire de la bible où Dieu a créé le monde en sept jours et a donné vie à nos ancêtres Adam et Ève. Comme vous, j’ai cru à ce Dieu, bien assis sur son trône, qui nous enseignait le « bien » et nous mettait en garde contre le « mal » dont l’instigateur se métamorphosait en Satan, lui qui attisait le feu de l’enfer.

Comme des millions de catholiques, à l’âge adulte, j’ai cessé cette pratique religieuse. Contrairement à plusieurs qui ont abandonné sèchement toute croyance, j’ai cherché à la remplacer. Je n’ai retrouvé aucune accointance avec les autres religions. Il y a ces nuitées, bien assis dans le cockpit de mon voilier, où j’ai tant admiré la voûte céleste, le Cosmos, en me demandant comment cette féérie pouvait exister.

En fréquentant les théories de divers philosophes et scientifiques, mes recherches m’ont permis de dénicher une vision stimulante et personnelle que je vous résumerai à la fin de ce texte Lire la suite

POURQUOI ? Pourquoi les femmes  font-elles moins d’enfants ?

Mis en avant

Pourquoi ? Voilà la question qui surnage sur toutes les lèvres en ces temps-ci. Le président de la France, Emanuel Macron, vient de déclarer qu’en 2023, son pays vient de réduire de 800 000 enfants naissants. La population est pour la première fois sérieusement à la baisse.

 Il faut que les femmes donnent naissance à 2,1 enfants par année pour maintenir la population à son niveau actuel.  Même les Québécoises et les Canadiennes n’atteignent pas cet objectif.  À moins de1, 5 enfants par femme, il y a péril en la demeure.

 Que l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Grèce, la Hongrie, la Russie, la Chine et tant d’autres pays de l’occident voient les naissances chuter, les visions démographiques du futur en prennent pour leur rhume.

Les politiques d’allocations familiales, des congés parentaux, des mises sur pied des garderies pour permettre aux femmes de continuer leur carrière, les avantages apportés pour susciter l’immigration et les campagnes de promotions pour stimuler la vie familiale ne réussissent pas à atteindre leurs objectifs et n’arrivent pas à contrer la baisse des natalités. Lire la suite

Quand on fête les vieux à la résidence.

Mis en avant

Dans la résidence pour personnes âgées où je demeure, le premier mardi de chaque mois, on célèbre l’ANNIVERSAIRE qui arrive durant le mois pour tous les vieux qui y habitent.

Il y a bien 1 200 personnes qui vivent dans nos deux édifices. Mathématiquement, chaque mois, il y a bien une centaine de résidents qui reçoivent une belle fleur de circonstance.  Ajoutons la présence des amis, l’assistance peut atteindre facilement 300 JOYEUX LURONS.

La directrice commence par nommer ceux qui ont atteint plus de 90 ans. Ils sont nombreux. Surtout quand la liste débute avec les noms de ceux qui célèbrent 99, 98, 97 ans et ainsi de suite.

Je me souviens que nous avons fêté des centenaires actifs. Eh, oui ! Actifs et enthousiastes! Heureux d’être entourés et cajolés par autant de gens.

On m’a raconté que la moyenne d’âge des résidents qui partagent notre habitation est de 83 ans. Avec mes 82 ans, je me situe au cœur de la moyenne. Ceci signifie qu’une moitié des résidents a plus de 83 ans et que l’autre moitié constitue les plus jeunes du groupe. Il me semble qu’ils ont tous plus de 70 ans. Lire la suite

L’ANXIÉTÉ : la maladie du siècle.

Mis en avant

Les jeunes comme les vieux sont victimes de la maladie du siècle, soit l’ANXIÉTÉ. En fait, même les adultes en sont aussi les victimes. Mais, qu’est-il arrivé pour qu’une large partie de la population ingère ces pilules pour lutter contre ce sentiment de nervosité, d’inquiétude ou de malaise. On peut décrire l’anxiété comme une forme de souffrance ou un dysfonctionnement spécifiquement liés à l’ANGOISSE, au STRESS, à la PEUR et qui altère la performance.

Les statistiques démontrent que 15 % de la population en est atteinte. La réalité est certes différente, car on est face à une consommation de pilules tellement astronomique pour les troubles anxieux que le nombre de consommateurs amplifie cette statistique.

Que les médecins prescrivent les médicaments reliés à l’anxiété aux jeunes du niveau primaire du système éducatif, nous sommes devant un phénomène nouveau qui ne trouve pas une explication plausible. Quoique pas si nouveau.

Est-ce la pratique des jeux vidéo qui invitent les jeunes à la sédentarisation plutôt qu’à la pratique des jeux et du sport extérieur et qui est à la source de ce trouble mental ? La CONCENTRATION et les troubles de la MÉMOIRE en décrivent bien les conséquences. Mais, il y a aussi la PEUR et les STRESS.

L’anxiété provoque-t-elle l’indiscipline qui fait son apparition dans les classes et qui donne bien du fil à retordre aux enseignants ? Peut-on expliquer les problèmes qui assaillent le sommeil de nos jeunes par la pratique tardive des jeux vidéo et s’ajoutent à l’apparition du trouble de l’anxiété ? Lire la suite

La méditation et les rites sacrés à travers le monde.

Mis en avant

Le Sacré et la Méditation existent toujours dans presque tous les pays de la planète. Il y deux semaines j’ai assisté à la présentation « HORS SÉRIE » des Grands Explorateurs sur les CHEMINS DU SACRÉ.

Sur une période de deux ans, avec une caméra haut de gamme, CLAIRE BARRAU, assistée par le populaire philosophe FRÉDÉRIC LENOIR, a exploré tous les continents pour découvrir et s’incruster dans les rites, les religions et la spiritualité des peuples.

 « Il y a plus de 100 000 ans, raconte-t-elle, que l’homme a pris connaissance de sa finitude et a commencé à s’interroger sur la vie après la mort et l’existence de l’au-delà ».

L’autrice a découvert des lieux sacrés et des témoins charismatiques.  Elle en a trouvé aux États-Unis, au Canada, au Guatemala, au Pérou, au Népal, au Japon, en Australie, en Europe, en Éthiopie, en Turquie et, j’en passe, des plus exotiques encore. Lire la suite

Les tatouages et les barbes : voilà la grande mode !

Mis en avant

Dans ma trentaine, soit des années au-delà de 1970, j’ai porté la barbe-collier même si ce n’était pas la grande mode. Cependant, la mode très en vogue à ce moment-là consistait en une chevelure longue, des barbes-colliers importantes sans moustache, les pantalons aux couleurs vives et les souliers aux couleurs assorties.

J’ai succombé à ces modes. Les cheveux longs, mais bien coupés, ont orné ma tête. En sus, autour de mon cou, un collier unique aux pierres malachites vertes,  retenant un médaillon à l’effigie des dessins précolombiens de l’Amérique du Sud, rapporté lors d’un voyage, ne manquait pas d’éclat. Je me souviens de mon pantalon vert forêt et de mes souliers de la même couleur.

Bien sûr, la mode était généralisée comme toujours, car tout le monde embarquait.  Elle était voyante ! Mais je réussissais à me distinguer élégamment malgré tout. Elle ne durait à peine quelques années. Deux ou trois ans.  Pour être remplacée par une autre. Lire la suite

Noël est devenu commercial, mais les cantiques coulent toujours dans nos veines.

Mis en avant

À 82 ans, j’arrive d’un concert où plusieurs belles voix de chanteurs d’opéra nous ont interprété les cantiques et chants de Noël.  Nous étions bien une centaine de vieux dans ce salon au bord du fleuve à nous joindre à eux pour écouter et chanter.  Quelle chorale improvisée nous étions ! J’ai souvenance que nous chantions ces airs de Noël quand nous étions petits.

 Voilà que quatre-vingts ans plus tard, nos cœurs se sont emplis de nostalgie en les interprétant encore avec les mêmes mots et les mêmes intonations. Mes cordes vocales ont commencé à me jouer de vilains tours sur la justesse des notes, mais ça ne paraissait pas au milieu de ce chœur improvisé.

Quand je vivais mon enfance, je m’étais immiscé dans la chorale. À l’époque, toutes les écoles avaient une chorale. Nous exécutions une pléiade de chants à l’église le dimanche, mais nous avions surtout le privilège de nous exécuter devant les grandes orgues à la messe de minuit à Noël.

Nos voix ont entonné ces cantiques et ces chants qui ont enveloppé nos jeunes cœurs. Il fallait honorer ce personnage, Jésus, dont la vie et ses enseignements ont guidé tant de générations à vivre en amour et en respect. Lire la suite

Les tatouages et les barbes : la grande mode !

Mis en avant


Dans ma trentaine, soit des années au-delà de 1970, j’ai porté la barbe-collier même si ce n’était pas la grande mode. Cependant, la mode très en vogue à ce moment-là consistait en une chevelure longue, des barbes-colliers importantes, les pantalons aux couleurs vives et les souliers aux couleurs assorties.

J’ai succombé à ces modes. Les cheveux longs, mais bien coupés, ont orné ma tête. En sus, autour de mon cou, un collier unique aux pierres malachites vertes,  retenant un médaillon à l’effigie des dessins précolombiens de l’Amérique du Sud, rapporté lors d’un voyage, ne manquait pas d’éclat. Je me souviens de mon pantalon vert forêt et de mes souliers de la même couleur.

Bien sûr, la mode était généralisée comme toujours, car tout le monde embarquait.  Elle était voyante ! Mais je réussissais à me distinguer. Elle ne durait à peine quelques années. Deux ou trois ans.  Pour être remplacée par une autre. Lire la suite

La contrebande menace les Inuits et les Autochtones.

Mis en avant

L’émission J.E. soit le journalisme d’enquête de TVA a consacré une émission au fait que des contrebandiers d’alcool et de cannabis empochaient 10 000 dollars par semaine à Nunavut. Imaginez qu’une bouteille de Vodka qui se vend 16 $ sur les étagères de la SAQ sera revendue 150 $ dans le Grand Nord, soit dix fois plus cher.  43 000 bouteilles d’alcool rapporteront aux fraudeurs 8 millions de dollars.

Malgré des amendes entre 1 000 $ et 24 000 $, ces contrebandiers font beaucoup d’argent tout en détruisant tout un peuple.

Mais, on ne peut dissocier la criminalité et la contrebande.

74 % des crimes sont directement reliés à l’alcool et au cannabis.  La violence conjugale et les agressions sexuelles qui sont endémiques chez les Autochtones et les Inuits y sont reliées intimement.

74 % des femmes inuit rapportent avoir été victimes de violence â la maison. Lire la suite

Attendons-nous de perdre tous nos médias !

Mis en avant

J’ai aujourd’hui 82 ans. Elle est loin derrière moi cette longue carrière que j’ai passée à œuvrer au sein de la Presse régionale. En plus d’avoir fondé des Hebdos régionaux avec succès, j’ai présidé à la naissance d’une association qui en a défendu les intérêts.

Nul n’ait besoin de vous souligner combien j’ai témoigné un coup de cœur continuel face à l’évolution de ces journaux qui me sont familiers et des médias en général depuis ma retraite qui n’en finit plus.

J’ai vu naître avec beaucoup de suspicion les structures médiatiques numérisées.  Que ce soit les Google et Facebook de ce monde, que ce soient les stations locales câblées, j’y ai vu de nouveaux joueurs affamés à se nourrir dans la tarte publicitaire disponible.

En ajoutant la période de la pandémie de la Covid 19 où les budgets publicitaires ont fondu allégrement, il était prévisible que plusieurs médias connaîtraient les affres de l’affaissement des revenus publicitaires essentiels qui ont été, pendant si longtemps, synonymes d’une santé assurée. Lire la suite

L’immigration peut-elle être positive ?

Mis en avant

Je me souviens. En fait, je ne me souviens pas d’avoir côtoyé des immigrants durant mon enfance. Soit de 1950 à 1967.  Expo 67, grâce à ses cinquante millions de visiteurs, a permis la rencontre des citoyens d’une centaine de cultures avec les Québécois et les Canadiens. À petites doses, en découvrant le Québec, ce fut le commencement, de l’arrivée d’immigrants, qui, en général, s’intégrèrent à notre pays.

Simultanément, nous nous sommes initiés aux voyages à la découverte d’autres pays dont nous avons été inspirés lors de l’Exposition de 1967.

Dix ans plus tard, les Jeux olympiques, bien réussis et tenus à Montréal, ont augmenté notre visibilité au monde entier. Ces jeux ont donné une effervescence à nos sports et contribué à la naissance d’athlètes qui ont connu plusieurs reconnaissances mondiales. Quel coup de marketing pour notre lopin de terre.

Nous avons accueilli généreusement les migrants lors des réfugiés venant du Vietnam. On se rappelle sûrement l’épisode des « boats people ». Pourtant, apportant leurs cultures, nous avons peu ressenti leur présence à cause de leur intégration réussie. Lire la suite

Pourquoi la religion fout-elle le camp ?

Mis en avant

Je me souviens dans mon jeune âge avoir été éduqué dans la religion catholique comme tous mes concitoyens. Comme vous, peut-être, qui me lisez. Ma mère avait souhaité me voir devenir prêtre pour sauver son âme, me disait-elle.  C’est dans la vingtaine que j’ai senti refroidir cette allégeance religieuse, comme bien de mes compatriotes. Vers 1960. Le clergé et l’Église catholique perdirent leur dominance sur la société québécoise, et les églises commencèrent à se vider. Qu’est-il survenu au Québec ? Je n’étais certainement pas un cas exceptionnel.

La publication de Statistiques Canada indique que 80% des répondants québécois mentionnent qu’ils sont catholiques. Ce qui semble contradictoire à moins que ces derniers veuillent souligner qu’ils sont catholiques mais…non pratiquants. Ce qui explique la désertion des églises et des rituels de cette religion.

Dans la case athée de cette publication gouvernementale, l’augmentation est évidente mais faible. Quand j’interroge les athées que je connais sur les valeurs qui les concernent, ils font mention de l’amour des autres et le respect des humains. En somme, les valeurs catholiques continuent de couler dans leurs veines. Seul Dieu est absent de leur vie ainsi que toutes références à une Église et ses règles. Lire la suite

« SMALL IS BEAUTIFUL », un livre de 1973, toujours pertinent.

Mis en avant

E.F.Schumacher, était le PDG d’une association de charbonneries en Angleterre. Il a vécu parmi le pouvoir et les riches, les exploiteurs des richesses naturelles.  En 1973, il y a 50 ans, il a écrit un livre qui a connu un tel succès de librairie qu’il fut traduit en 100 langues. Le titre de ce magnifique livre : SMALL IS BEAUTIFUL.  Il pourrait être réédité aujourd’hui qu’il serait toujours d’actualité.

Il recommande aux leaders d’entreprises « de faire les choses à l’échelle humaine. » Il ajoute « qu’il y a de la sagesse dans la petitesse »  Les opérations d’entreprises à petite échelle sont toujours moins nuisibles à l’environnement que les opérations à grande échelle.

On comprendra qu’il y fustige la mondialisation des entreprises et l’exploitation des ressources qui gagnaient du galon à son époque et qui en gagnent encore plus aujourd’hui. 

Le profit est devenu à tort l’ultime barème économique pour l’expansion des entreprises. Dans la réalité, une entreprise n’existe pas pour enrichir les spéculateurs, mais pour le bien-être des êtres humains. Lire la suite

Mettre les parents en prison ! Qu’en pensez-vous ?

Mis en avant

J’ai déjà écrit un texte dans le passé proposant de rebaptiser le ministère de l’Éducation par le ministère de l’Enseignement et de laisser l’éducation des enfants aux parents. On en demande trop aux professeurs qui doivent enseigner une matière, que dis-je, plusieurs matières et pas assez aux parents.

J’ai aussi écrit un texte dans le passé sur l’indiscipline des jeunes dans les classes de l’école. Du manque de respect à l’égard de l’enseignant. Ils sont nombreux à les invectiver, à les frapper, à briser le mobilier. Ce comportement commence même à la maternelle.

Les professeurs aux prises avec ces situations désolantes privent les enfants disponibles de profiter du cursus scolaire normal, celui d’acquérir un savoir indispensable.

Les parents qui dénigrent les professeurs et l’autorité éducationnelle ne permettent pas aux enfants de respecter ceux qui leur enseignent.

Lire la suite

Est-ce la présomption d’une guerre mondiale ?

Mis en avant

Habituellement, je livre mes réflexions sur des sujets actuels, mais j’évite l’actualité. Je fais exception pour ce texte, car l’actualité apporte des éléments qui peuvent influer le proche futur qui nous concerne.

Les Juifs d’Israël et les Musulmans de la Palestine sont à couteaux tirés depuis au-delà de 75 ans. L’actualité bouleversante si récente raconte un affrontement où la haine pave la route à des atrocités inhumaines.

Dois-je d’abord noircir cette page en vous écrivant que je déteste le premier ministre de l’état d’Israël, Benjamin Netanyahou ?  Depuis la douzaine d’années qu’il dirige les destinées de ce pays, il n’a posé que de malheureux gestes qui ont molesté toutes les tentatives d’ériger la paix avec ses voisins. Lire la suite

Est-ce la présomption d’une guerre mondiale ?

Habituellement, je livre mes réflexions sur des sujets actuels, mais j’évite l’actualité. Je fais exception pour ce texte, car l’actualité apporte des éléments qui peuvent influer le proche futur qui nous concerne.

Les Juifs d’Israël et les Musulmans de la Palestine sont à couteaux tirés depuis au-delà de 75 ans. L’actualité bouleversante si récente raconte un affrontement où la haine pave la route à des atrocités inhumaines.

Dois-je d’abord noircir cette page en vous écrivant que je déteste le premier ministre de l’état d’Israël, Benjamin Netanyahou ?  Depuis la douzaine d’années qu’il dirige les destinées de ce pays, il n’a posé que de malheureux gestes qui ont molesté toutes les tentatives d’ériger la paix avec ses voisins. Lire la suite

Je demeure favorable au 3ième lien.

Mis en avant

J’ai déjà écrit un texte favorable au 3ième lien lorsque le premier ministre François Legault a annoncé ce projet la première fois, malgré les protestations qui entouraient cette annonce.

Selon moi, ce n’est pas un projet de la Ville de Québec, mais le projet pour tout le territoire de l’Est du Québec. Que ce soit un pont ou un tunnel, c’est une large région du Québec qui en profiterait.

J’ai même affirmé que cette idée était l’œuvre d’un visionnaire. Il ne s’agit pas de répondre à un besoin actuel, mais à une nécessité dans une dizaine et même une vingtaine d’années.  Les villes de Québec et de Lévis, à elles seules, vont connaître assurément une expansion démographique importante sans compter toute l’agglomération tout autour d’elles. Lire la suite

Je suis un touriste, mais j’en crains les effets négatifs.

Mis en avant

Je suis un touriste avéré. Il y a longtemps que je visite les divers racoins de la planète. J’y ai découvert des cultures, des richesses ancestrales, monumentales et architecturales exotiques, uniques et rencontré des humains si différents de nous dans leurs coutumes et leurs philosophies

Voyager est une expérience magnifique.  Il m’a permet de découvrir le monde, de vivre de nouvelles aventures et de goûter à différents types de nourriture. Mais, malheureusement, ce que j’ai vu c’est que si les gens ne voyagent pas en préservant les sites si populaires, le tourisme peut avoir de nombreux effets négatifs sur une et plusieurs régions données.

Le tourisme a le pouvoir de soulager les communautés de la pauvreté en apportant de la richesse par leurs dépenses, mais en même temps, il peut détruire l’identité de ces peuples accueillants.

Avant d’apprendre à voyager de manière durable, nous devons comprendre quels dommages exactement nous pouvons causer lorsque nous partons en vacances. Lire la suite

La planète crie sa mauvaise humeur.

Il y a deux mois j’ai écris un texte sur le réchauffement de la planète. J’y soulignais que les êtres plus vulnérables ne survivraient pas à l’intense chaleur, mais que les humains et animaux les plus forts s’acclimateraient  à un climat plus torride comme cela s’est produit dans le passé.

Tous les effets collatéraux qui ont commencé à se faire sentir ces derniers mois n’avaient pas trouvé place dans ma réflexion d’alors.  La planète Terre crie sa douleur et manifeste ses humeurs colériques au détriment de la race humaine.

Nos forêts sèches s’enflamment sous la décharge électrique de la foudre comme la colère du ciel. Ce sont d’innombrables hectares de cette merveilleuse nature qui sont consumés et dévorés par les flammes impétueuses.

Partout sur la planète, sur tous les continents, les feux ravagent les villes entières et sèment la désolation. On rapporte des chaleurs de 55 degrés Celsius à plusieurs endroits comme en Inde, en Algérie et en Grèce. Lire la suite

Aurons-nous d’autres « annus horribilis » ?

J’ai déjà écris un texte sur le réchauffement climatique qui adviendra après 2050.  Bien sûr que le climat va se réchauffer et ne survivront que les humains les plus forts. J’avais tout faux.

Je n’avais pas anticipé le dérèglement climatique et encore moins qu’il surviendrait dès maintenant.  Nous vivons déjà une année cauchemaresque, une « annus horribilis » comme disait la reine Élisabeth, et je ne crois pas que ce soit un événement passager, que nous ne reviendrons pas à la normale l’an prochain.

Si nos forêts continuent à s’embraser comme cette année, il viendra un temps où il n’y aura plus de végétation arboricole. Finie l’industrie forestière, finis les milliers d’emplois, fini le territoire ombragé de notre faune. Il ne restera qu’un immense champ de ruines calcinées. Et le smog qui envahit nos cités mettant en périls les asthmatiques comme moi. J’espère avoir encore tout faux. Lire la suite