Les CHSLD, les descendants de nos anciens hospices.

Que sont les CHSLD dans les faits sinon d’offrir un milieu de vie aux adultes qui ne peuvent demeurer  dans leur milieu naturel de vie en raison de leur perte d’autonomie, telle que définie dans la loi.  La même définition pour les hospices qui sont  les ancêtres des CHSLD. Le rôle des hospices consistait à recevoir les vieillards démunis ou atteints de maladies chroniques. 

On envoyait papa ou  grand-papa à l’hospice. En ce temps-là, les vieillards avaient 70 ans. La vie était moins longue et on passait moins d’années à l’hospice. On y allait pour mourir.

Dans les faits, une personne devrait aller dans un CHSLD pour « guérir »  et non pour mourir comme dans les hospices  de l’époque.

Les CHSLD sont des hospices qui se sont développés graduellement, dans la même veine, au fil des années. Sans une politique bien définie.

Aujourd’hui, la personne s’engage dans un long processus irréversible dans lequel elle perd son autonomie et devient totalement dépendante du personnel de l’établissement.

Les patients sont gavés de médicaments, notamment d’antidépresseurs.

Il est temps d’oublier de suivre les traces des hospices pour donner un élan nouveau aux logements pour les vieux.

Il n’y a eu jamais de débat public sur la mission des CHSLD et   ils ne font l’objet d’aucune véritable politique. Notre société en a fait des établissements dans lesquels nous plaçons les personnes les plus vulnérables loin de nos yeux et de nos préoccupations.

Est-ce pour permettre de les oublier tout en ayant bonne conscience ?  Pourquoi avons-nous plus de patients en CHSLD  et en résidences pour personnes âgées que les autres provinces et tous les pays de l’OCDE ?

Est-ce l’absence d’une politique efficace en soins à domicile qui a permis l’engouement pour ces établissements ?  On sait que nos vieux souhaitent vivement demeurer dans leur domicile aussi longtemps que possible. Une nouvelle politique devrait viser le maintien à domicile.

D’autant plus qu’il en coûte trois fois plus, soit 80,000$,  pour une personne en CHSLD que pour une personne à domicile. Imaginez  le tiers de cette somme pour les services à domicile. Une économie évidente.

On va devoir remettre à contribution les CLSC selon les fonctions initiales.

Pour ce faire, il faudrait établir une politique qui compte de la volonté des vieux impliqués qui veulent demeurer autonomes le plus longtemps possible.

Le budget minime qui en découle permet d’envisager une rémunération financière appropriée pour reconnaître le rôle essentiel des aidants naturels.

Bien sûr que le soutien à domicile nécessitera moins de logements publics. Et comme les décès sont deux fois plus nombreux dans les CHSLD et les résidences visées, la vieille population diminuera d’une façon remarquable. Il devient inutile de construire de nouveaux logements plus luxueux. La solution n’est plus dans la brique et le béton.

Devant la cohorte des baby-boomers qui risque d’être affamée pour les services, le soutien à domicile se présente comme une partie de la solution sinon ils vont faire déborder la capacité des CHSLD et des résidences pour personnes âgées. Sans oublier l’utilisation outrancière des services hospitaliers.

Il est urgent de faire disparaître la trace des hospices pour adopter une politique plus moderne, mieux adaptée et plus économique.

Il est logique d’appréhender une troisième vague du coronavirus la Covid 19. Encore une fois, notre service de la santé sera mis à rude épreuve, mais cette fois pour une cordée plus imposante.

Le soutien à domicile apparaît comme une solution plus rapide et plus adaptée à l’arrivée du régiment des baby-boomers.

Le soutien à domicile ne semble pas transpercer la carapace des politiciens et haut-cadres de nos gouvernements. En demandant pourquoi, la réponse ne vient pas. On continue à piétiner les traces ancestrales des hospices.

Pourtant il suffit de donner la parole aux vieux et de les écouter.

 

 

.

 

CLIQUEZ ICI pour retourner à l'ACCUEIL.

Une réflexion au sujet de « Les CHSLD, les descendants de nos anciens hospices. »

  1. Pourquoi nous écouter ? Depuis quand les politiciens écoutent ?J’ai deux couples d’amis de plus de 80 et ils ne veulent pas y aller ce sont des MOUROIRS.Moi je veux rester chez moi dans ma maison le plus longtemps possible jusqu’a ma mort si possible .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *