Pourquoi sont-ils des victimes à vie ?

Les victimes dont je fais mention sont les mêmes dans tous les pays. Pourquoi ?  Ce sont ceux –là qui souffrent d’intimidation et d’intolérance. Ce sont les noirs, les minorités visibles, les autochtones dans presque tous les pays. J’ai bourlingué dans nombre de pays pour constater mon affirmation.  On retrouve les victimes généralement dans des quartiers minables où la pauvreté règne en maître.

Convaincus qu’ils sont laissés pour compte, ils luttent pour survivre. Ils n’arrivent pas à s’intégrer dans la  société qui dirige le pays.  Les plus dictateurs réussissent facilement à prendre le pouvoir et s’enrichir à leurs dépens. Dans certains pays, ce sont des villages entiers et que dire quand ce n’est pas le pays entier. Le chômage y est endémique. Ils deviennent les attractions pour les touristes.

Certains pays leur accordent quelques privilèges comme le nôtre, mais ils sont rares. Parfois, on a l’impression que les pauvres se complaisent dans cette pauvreté.  Ce sont souvent leurs pairs qui les exploitent. Il y a ceux dont le leadership les maintient dans cette situation et les gangs de rues qui font la loi et entretiennent la criminalité sous tous ses visages. Lire la suite

Drummondville : une longue ovation pour SLAV revisité.

D’un seul élan, à la fin de la représentation de Slav, les spectateurs se sont levés pour acclamer durant de longues minutes Betty Bonifassi et sa troupe. Pendant une heure et demie, je fus concentré sur le spectacle et je n’ai point vu le temps passé.

Comme je n’ai pas vu la première version, je ne peux qu’imaginer les modifications apportées. La version remaniée de Slav m’a plu comme un spectacle original. Je ne suis pas un spécialiste. Je ne vous livre que les impressions d’un simple spectateur. Lire la suite