Pourquoi sont-ils des victimes à vie ?

Les victimes dont je fais mention sont les mêmes dans tous les pays. Pourquoi ?  Ce sont ceux –là qui souffrent d’intimidation et d’intolérance. Ce sont les noirs, les minorités visibles, les autochtones dans presque tous les pays. J’ai bourlingué dans nombre de pays pour constater mon affirmation.  On retrouve les victimes généralement dans des quartiers minables où la pauvreté règne en maître.

Convaincus qu’ils sont laissés pour compte, ils luttent pour survivre. Ils n’arrivent pas à s’intégrer dans la  société qui dirige le pays.  Les plus dictateurs réussissent facilement à prendre le pouvoir et s’enrichir à leurs dépens. Dans certains pays, ce sont des villages entiers et que dire quand ce n’est pas le pays entier. Le chômage y est endémique. Ils deviennent les attractions pour les touristes.

Certains pays leur accordent quelques privilèges comme le nôtre, mais ils sont rares. Parfois, on a l’impression que les pauvres se complaisent dans cette pauvreté.  Ce sont souvent leurs pairs qui les exploitent. Il y a ceux dont le leadership les maintient dans cette situation et les gangs de rues qui font la loi et entretiennent la criminalité sous tous ses visages.

Il y a de nombreuses années, j’ai visionné un bijou d’interview de Michaëlle Jean, alors animatrice, avec Grégory Charles. Elle a même été choisie gouverneur générale du Canada. Les deux partageaient le même point de vue où la langue étrangère et les multiples accents constituaient un frein à l’émancipation. Il est évident qu’un haïtien qui parle le français avec un accent créole aura plus de difficultés à se trouver un emploi.

On voit sur nos réseaux de télévision, lors des émissions d’informations, de nombreux Noirs, Asiatiques, Arabes et autres, faire des reportages avec un français très correct.  Notre monde du divertissement, toujours à la télévision, regorge de nombreuses vedettes bien acceptées par la population. Plusieurs, en particulier les humoristes, adoptent l’accent québécois avec les sacres populaires, à mon déplaisir. Le public se déplace et paie l’admission pour assister à leurs spectacles.

Comme quoi le langage est un prérequis, du moins un avantage, pour être accepté. Ceux –là se trouvent des emplois facilement.  Des avocats, des médecins, des architectes, des pharmaciens et autres les reconnaissent  dans leurs professions.

Les citoyens, à moins d’exceptions rares, acceptent volontiers d’être servis par des employés aux origines diverses et visibles qui parlent français même avec un léger accent. Ceux-là qui adoptent la langue d’usage ne sont sûrement pas sur la liste du chômage.

Pourquoi à Trinidad-Tobago, alors que les noirs sont majoritaires, sont toujours gouvernés par d’autres nationalités ? Pourquoi les pauvres Vénézuéliens soutiennent-ils toujours le dictateur qui les maintient dans la pauvreté extrême ?  Pourquoi au Panama, les Indiens Kunas, les autochtones du pays, vivent-ils toujours dans des réserves ?

Pourquoi les Mayas majoritaires du Guatemala vivent-ils dans la pauvreté extrême selon les coutumes ancestrales et sont-ils toujours gouvernés par la minorité de blancs espagnols qui les méprise ? Pourquoi la multitude de noirs des États-Unis vote-t-elle toujours pour des gouvernements blancs ? À l’exception du règne de Barack Obama. Pourquoi les musulmans du monde qui vivent selon des coutumes et des rites religieux ancestraux sont-ils ostracisés partout dans le monde ? Pourquoi sont-ils gouvernés par des dictatures théocratiques qui les exploitent ? Pourquoi les noirs d’Afrique choisissent-ils des dictateurs qui s’enrichissent à leurs dépens ?  Pourquoi la pauvreté est-elle aussi endémique en Inde ?

Pourquoi les autochtones du Canada vivent-ils dans la misère alors qu’ils bénéficient d’un généreux assistanat gouvernemental ? Pourquoi vivent-ils toujours sous la loi méprisante des Indiens, alors que personne ne souhaite la changer ? Pourquoi les peuples qui cherchent à vivre selon les traditions ancestrales sont-ils les candidats à la pauvreté ?

Pourquoi la pauvreté, toujours la pauvreté, est-elle choisie par les pauvres ? Pourquoi trouve-t-on la pauvreté dans tous les pays ?

Parce qu’ils sont des victimes à vie !

 

CLIQUEZ ICI pour retourner à l'ACCUEIL.

Une réflexion au sujet de « Pourquoi sont-ils des victimes à vie ? »

  1. Apres avoir visité plusieurs des pays que tu as mentionné j’ai aussi vus de mes yeux ce que tu as décrit et ces gens ne vivent pas ils SURVIVENT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *