400 fois moins de décès à domicile.

Plus de 5000 morts au Québec dont environ 95 % sont des personnes âgées de plus de 65 ans soit 4500 morts.  Un chiffre qui nous donne la frousse. Il faut déchiffrer un tel portrait. Quels sont les vieux frappés par la pandémie ?  Quels sont ceux qui ont demeuré à domicile, dans leur bungalow, dans leur logement et leur condo. Des chiffres qui m’ont impressionné.

Ils ont paru le 13 juin dans la Presse + sous la plume de Francis Vailles. Il va sans dire que je m’en suis largement inspiré.

Décortiquons les chiffres. La COVID 19 a fait :

6 DÉCÈS par tranche de 10,000 personnes dans l’ensemble du Québec.

865 DÉCÈS par tranche de 10,000 personnes dans les CHSLD sur 3500 morts.

200 DÉCÈS par tranche de 10,000 personnes dans les ressources intermédiaires (RI) soit les Centres pour les vieux qui ont besoins de soins mais qui sont moins mal en point que les CHSLD.

62 DÉCÈS par tranche de 10,000 personnes dans les résidences  privées (RPA) où vivent  139,500 personnes autonomes et semi-autonomes ce qui est 14 fois moins de décès que les CHSLD.

2 DÉCÈS par tranche de 10,000 personnes  qui résident à  domicile. On évalue 1,5 million de personnes dans ce segment. Soit 400 fois moins de décès que dans les CHSLD. Les risques de décès à domicile sont très peu élevés. Le confinement, la distanciation et le port d’un masque ont certes eu un effet. Les personnes à domicile sont moins sujettes à de multiples contacts. Beaucoup sont en bonne santé, donc résistent mieux à la Covid 19.  Voilà un excellent portrait qui suggère le maintien à domicile pour les vieux.

Même si le gouvernement accorde plusieurs crédits, l’essentiel va à ceux qui déménagent dans des RPA.  On parle des soins à domicile, mais beaucoup se plaignent des difficultés pour y avoir accès.

Le dossier que vous venez de lire démontre sans conteste que les soins à domicile sont plus sécuritaires. De plus, ils sont plus économiques.  Il en coûte moins cher à l’État pour soutenir une personne à domicile soit 30,000$  par personnes à domicile contre 80,000 $ dans un CHSLD. Des arguments sans failles.

D’autant plus que les vieux souhaitent demeurer chez eux  le plus longtemps possible tout en recevant les soins nécessaires pour éviter d’être déracinés de leur milieu naturel. Il est évident que parfois les personnes âgées doivent intégrer un CHSLD  pour recevoir des soins plus pointus.

Je dois féliciter et remercier le journaliste Francis Vailles du journal La Presse + de nous avoir décortiqué les chiffres obscurs  et pour nous avoir permis de mieux comprendre qu’il y a des avantages évidents à opter pour les soins à domicile.

Depuis toujours, on sait que cette formule est adéquate, désirée et nécessaire. Mais on est face à un manque de volonté politique qui ne s’explique pas.

La Covid 19 a révélé les faiblesses importantes avec le dysfonctionnement  des CHSLD, des Résidences intermédiaires et la faiblesse du soutien à domicile a démontré l’insuffisance des  moyens pour rendre les services.

Deux spécialistes à leur retraite, soit Pauline Gervais et Irène Désilets, respectivement titulaires d’un doctorat et une maîtrise en gérontologie, ont lancé un site Web nommé « Vieillir chez moi, c’est gagnant » que je vous invite à visiter.  Elles veulent influencer le gouvernement dans le dossier des soins à domicile. Évidemment, chaque visiteur-internaute est invité à donner un appui à cette cause.  Mais leur argumentation mérite une lecture approfondie de votre part.

En somme, écrivent-elles, ‘Vieillir chez soi, c’est gagnant » pour protéger la qualité  de vie, pour retarder la perte d’autonomie, pour maintenir les liens avec mes proches, la communauté et pour faciliter les relations familiales. Et de surcroît, ça diminue la pression sur le système de santé en plus de coûter moins cher à l’État. Bien vieillir chez soi, c’est avantageux pour tout le monde.  Elles ont vécu lors d’une période où les services de santé étaient à proximité. Période qu’elles regrettent, remplacée par la centralisation. Tout était plus facile à cette époque. La centralisation a été au cœur du raté de la Covid 19.

En particulier au Québec, on retrouve une abondance de maisons de retraite construites par le secteur privé. Nos deux gérontologues ajoutent qu’on attribue cette situation en grande partie à l’insuffisance de services à domicile. C’est avec ce cri du cœur qu’elles ouvrent leur site Web.

Elles proposent trois réorganisations.

1-   Un système de soins et services aux personnes âgées redessiné.

2-   De l’oxygène pour les personnes proches aidantes.

3-   Des consultations professionnelles et médicales à distance. De poursuivre cette approche développée durant la pandémie.

Le premier ministre annonce qu’il a injecté 200 millions $ pour les soins en domicile. Qu’a-t-on fait avec ces 200 millions ? Qu’en ont fait les fonctionnaires ?  On a rien remarqué sur le terrain. Que fera-t-on sur le terrain avec les 100 millions $ qu’il vient de promettre ?

.

 

 

CLIQUEZ ICI pour retourner à l'ACCUEIL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *