Un livre à lire. Comment VIVRE le mieux possible en temps de crise.

Entre 600 et 800 mots, c’est la longueur de mes textes habituellement. Ce texte en compte 1,449. À lire lentement.

FRÉDÉRIC LENOIR est un philosophe, un sociologue et un écrivain. Il vient de publier un petit livre sur le confinement et les méfaits du coronavirus la Covid 19 : 10 courts chapitres qui nous mènent à mieux comprendre la crise que nous vivons et comment nous en sortir.

Étonnamment, il s’est inspiré des philosophes anciens comme les stoïciens Montaigne et Spinoza qui ont vécu des crises profondes et qui apportent des réflexions essentielles pour traverser au mieux l’adversité.

Son inspiration plus contemporaine est issue des neurosciences et de la psychologie qui offrent des clés précieuses face aux perturbations des besoins biologiques, psychiques et affectifs que nous vivons en ce moment de pandémie.

Il a divisé son approche en dix chapitres bien définis que je résume.

La pandémie actuelle nous a confinés dans nos demeures pour éviter la contamination. Le virus actuel nous rend malades jusqu’à la mort pour un grand nombre, surtout les plus vulnérables, soit les 70 ans et plus et ceux dont la santé est plus fragile et précaire. Lire la suite

Quand on met les vieux en cage.

Imaginez ! Vivre isolé dans sa maison, son appartement ou son studio, sans pouvoir en sortir, comme en prison.  Plus de deux mois ! Sans voir la fin ! Ce sort est réservé aux vieux de plus de 70 ans durant la pandémie qui nous assaille. On veut nous protéger de la propagation du virus Covid 19 parce que nous sommes les plus vulnérables.

Ne pas sortir. Ne pas recevoir, même sa famille et ses amis. Tourner en rond comme dans une cage. Quand on est en couple, on peut converser, partager les tâches et prendre un repas à deux, même aux chandelles. Les vieux solitaires doivent subir la vraie solitude. Le temps est long.

Comment renouveler sa banque de livres quand les bibliothèques sont fermées ? Il reste la musique et la télé qui est dans sa période la plus sombre, outre sa surinformation sur le Covid 19 qui tombe sur les nerfs. La télé est le divertissement majeur pour les vieux en temps normal. Imaginez son importance en cette période de confinement. L’ennui se transforme en tristesse, en déprime, en angoisse et en maladies mentales. Depuis deux mois. Sans déceler une lumière d’espoir au bout du tunnel. Lire la suite