Un vieux qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle.

On raconte qu’un vieux qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle. Dire que ma bibliothèque est bien garnie depuis 78 ans, ce n’est pas une idée de l’esprit. Les bouquins, qui ornent les tablettes, racontent mes expériences, les valeurs qui m’ont animé, mes joies, mes peines, mes échecs, mes réussites, mes amours, mes amitiés, mes ambitions, mes rêves, ma spiritualité et toutes les substances qui ont édifié l’être que je suis aujourd’hui. Je me suis demandé à quoi et à qui aurait servi cette multitude d’œuvres si je partais demain sans les avoir léguées. Sans avoir transmis toute cette sagesse acquise durant tant d’années.

Voilà pourquoi j’écris ce blogue depuis décembre 2012 !  Ce qui signifie que j’ai rédigé plus de 200 textes sur plusieurs sujets. Tout un bail ! Un travail constant qui réclame une certaine discipline ! Un texte par semaine au moins, parfois deux.

La santé malveillante m’a tenu à l’écart pendant une année. J’ai dû me refaire une clientèle. Pourtant j’ai tenu à honorer cette tribune et mes lecteurs assidus. À 78 ans, je me fais toujours un devoir de transmettre les valeurs, les expériences et la sagesse que la vie m’a accordées avec générosité.
Il faut que les vieux transmettent ce que la vie leur a appris. Encore faut-il une ou des tribunes et des gens pour écouter et lire !  Eh oui, il le faut ! Sinon ils disparaitront à jamais laissant cette sagesse se consumer dans les braises. Ce que j’ai compris et ai décidé de prendre le taureau par les cornes.
Les tribunes pour les vieux n’existent pas, bien sûr pour raconter comment c’était l’ancien temps, sinon on n’est pas invité à prendre la parole. Les paroles de vieux, ce sont du radotage clament les jeunes.
L’opinion d’un vieux sur les événements de l’actualité ne revêt pas une importance.
Tout d’abord, j’ai mis deux ans à écrire un bouquin dont le titre est : « À 72 ans, j’ai un mot à dire » où j’ai livré ma sagesse à partir de mon vécu et abordé l’actualité vue par la lorgnette du p’tit vieux que je suis.  J’ai proposé mon manuscrit à une trentaine d’éditeurs qui l’ont refusé parce que je n’avais pas une notoriété pour vendre un tel livre sur la vieillesse.  Je n’avais pas pour nom Jeannette Bertrand ou Béatrice Picard.  Enfin, l’éditeur Québec-Livres m’ouvrit sa porte.
Je prévoyais aussi de faire des conférences comme autre tribune. La nature m’attifa de nodules sur les cordes vocales ce qui mit un terme à ce projet.
En décembre 2012, je décidai de façonner un blogue sur le web que je dédierais aux 65 ans et plus, en souhaitant qu’ils m’adoptent et apprécient ma prose. « Les insolences d’un p’tit vieux » devinrent la lecture d’un groupe important de fidèles et je souhaite augmenter ce nombre afin qu’un plus grand nombre soit à l’écoute du p’tit vieux. Comme vous ! Avant que ma bibliothèque se consume.
a) J’aime écrire ce qui suit : je sens le devoir de transmettre  les grandes valeurs et les vertus qui m’ont accompagné tout au cours de mes 78 ans et qui ont façonné l’être que je suis. Si je ne le fais pas, qui le fera ? Je suis le seul à bien connaitre ma bibliothèque et j’aime la partager.  La générosité, la loyauté, le respect, l’amour, le bonheur et ainsi de suite.
b) La vieillesse est un autre sujet primordial sur lequel j’aime écrire. Quelle est cette obsession de vouloir paraitre jeune ? Nous souhaitons tous d’être actifs, en forme et surtout en santé. Quoique certains malaises et douleurs s’ajoutent à la quotidienneté. Il y a aussi l’art d’apprendre à vivre la solitude sous toutes ses formes. Le problème des générations.  Comment cohabiter avec la nouvelle technologie, qui évolue à un rythme si rapide et qui rejoint notre génération, à notre grand désarroi.
c) Et que dire de l’actualité que je colore en la regardant avec les yeux d’un être informé dans une bibliothèque septuagénaire. J’observe souvent l’actualité avec une lorgnette qui diffère des multiples commentateurs.  En général, je préfère écrire mes opinions après un événement avec une vision plus objective et non à chaud, sur le moment.
Et j’aime beaucoup recevoir  de mes fidèles lecteurs les commentaires qui souvent diffèrent des miens.
Comme je souhaite agrandir le cercle de mes lecteurs, je souhaite que vous fassiez connaitre ce forum à vos amis. Je souhaite faire profiter à un plus grand nombre ces textes influencés par la longue bibliothèque de ma vie.

CLIQUEZ ICI pour retourner à l'ACCUEIL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *