ABOLISSONS LES POURBOIRES !

À la sortie du restaurant, j’ai payé mon repas 20 $ plus les taxes de 15 % soit 3 $ pour un total de 23 $.  Mais j’ai laissé au serveur un pourboire de 3 $.  Dans les faits :  pour payer l’employé du restaurateur.  À la discrétion du service, me dira-t-on.  Foutaise :  frais de service 15 % !  Résultat :  une somme globale de 26 $ pour un repas annoncé 20 $.  Pourquoi faut-il payer un pourboire dans un restaurant ?  Pourquoi le restaurateur ne paie-t-il pas ses employés comme toutes les diverses compagnies qui offrent un service au client ?  En laissant 3 $ sur la table, c’est payer un service sans les taxes, donc c’est payer aunoir au vu et au su de tous.  Même le ministre des Finances pratique ce qu’il exècre.

 Il est vrai que si le restaurateur assume le salaire total de son employé, il devra ajouter les taxes.  Le prix de la facture sera légèrement plus salé, soit 26,45 $.  Pour quelle raison doit-on esquiver les taxes dans ce cas-ci, alors que socialement c’est illégal.  Le restaurateur aurait du annoncer son repas 23 $ plus les taxes.  Évidemment, de son côté, il devra assumer les charges étatiques de tout patron.  Tout comme le salarié qui devra déclarer son vrai salaire.  Mais les deux auront droit aux bénéfices sociaux normaux accessibles à tous les salariés et entreprises.

 Pourquoi la tarification du taxi n’est-elle pas ajustée pour inclure le salaire du chauffeur ?  Pourquoi l’hôtel ne paie-t-il pas le salaire de son bagagiste ?  Donner un bon service fait partie de la tache de chacun.  Reste à la gérance de s’assurer de la qualité.  Ce n’est certes pas au client d’assumer cette responsabilité ni la fonction de rémunérer le travailleur.  On jurerait que les établissements cherchent à abdiquer par leur gérance réduite la qualité du service.  Tellement plus facile de mettre le client à contribution.

 Que j’achète des meubles ou une automobile, le service qu’on me rend est souvent supérieur et il n’est jamais question de pourboire.  Le revenu du vendeur fait partie intégrante de la masse salariale.  Comme dans toutes les bonnes institutions.  Le cordonnier n’exige pas de gratification.  L’épicier, le postier, le professeur et l’horticulteur non plus.

 Je m’interroge sur le pouvoir dont jouissent les lobbies et les arguments fallacieux qu’ils doivent décliner pour convaincre les fonctionnaires responsables des prises de décision.  Comment peut-on défendre l’indéfendable ?

 Pourtant, une campagne publicitaire tente de sensibiliser les citoyens au phénomène désastreux pour une société que le paiement au noir, en dessous de la table, selon une autre expression.  Et en même temps, on tolère et, plus, on édifie en tradition cette forme d’économie souterraine qu’est le pourboire.  Ce système est néfaste pour l’État qui y perd des revenus importants, mais aussi pour l’employé qui se prive d’avantages sociaux. Seul le proprio semble y faire des gains.

 Je passe ici sous silence toutes les entourloupettes qui sévissent dans ce milieu.  Le gouvernement évalue à 8 % le pourboire à déclarer quand il dépasse souvent les 15 % dans les établissements plus haut de gamme et les bars achalandés.  Même le salaire minimum indécent, accordé aux employés à pourboire, doit être remis discrètement à la direction.  Les témoignages sont nombreux à cet effet.  Je pourrais remplir cette page d’exemples.

 Quel gouvernement aura l’audace d’abolir simplement le pourboire pour une simple raison de justice envers tous les autres contribuables honnêtes.  Tous les employés travaillent fort pour gagner leur vie.  Tous les employés honnêtes cherchent à être compétents et conscients de la qualité du service envers le client.  Tous les propriétaires d’entreprises de services doivent rémunérer adéquatement leurs employés et s’assurer de la qualité du service qu’ils rendent.

Je ne vois plus aucune affinité avec l’origine de cette pratique.  On ne laissait que la petite monnaie sur table.  C’était pour boire.  Abolissons cette pratique moyenâgeuse, abolissons le pourboire et ses entourloupettes

————————-

Si vous partagez un point de vue différent, si vous avez des nuances à apporter, si vous partager les vues exprimées. laissez un commentaire au bas de cette page.
Ce blogue est ouvert à tous mais particulièrement aux 65 ans +. Soyez le premier à laisser un commentaire.

.

CLIQUEZ ICI pour retourner à l'ACCUEIL.

4 réflexions au sujet de « ABOLISSONS LES POURBOIRES ! »

  1. PAR EVERIT, FRANCE.
    en france nous payons rarement les pourboires qui sont laissés à discrétion des clients car nous estimons que les taxes liées à ces prestations sont déjà payés par les patrons sur les charges et les employés eux mêmes sur leurs salaires et comme en france tout ce qui n’est pas obligatoire n’est pas une loi personne ne donne de pourboires

  2. Ayant été moi-meme propriétaire d’un restaurant , je peux vous assurer que je suis parfaitement d’accord avec ce que vous avez écrit.
    Le salaire de mes employés(es) allait avec l’expérience qu’ils possèdaient et le nombre d’années de services qu’ils avaient à mon service. J’avais affiché tout à coté de la caisse enregistreuse un mémo destiné à notre clientèle expliquant que le pourboire n’était pas nécessaire . Je voulais donner aux employés(es) la satisfaction d’un travail bien fait et apprécié par l’employeur et pas seulement par la clientèle. Un employé qui se sent valorisé par l’employeur se donnera à 100 % (s’il aime sont travail bien entendu) et le service sera automatiquement son principal objectif.

    J’ai déjà vu un employé donner un meilleur service à une personne juste parce que celui-ci donnait un bon pourboire; ex: un homme venait tous les matins prendre un café au resto et recevait de la part de l’employé plusieurs réchauds (autres tasse de café) , donc ce monsieur pouvait boire de 5 à 6 tasses de café juste parce qu’il donnait un bon pourboire.Dans ma tête cela n’avait aucun sens.La serveuse prenait mon café et le revendait d’une certaine facon au client en mettant l’argent dans ses poches (pourboires). C’est suite à ces évènements que j’ai décidé que s’en était fini des pourboires.Chacun recevrait le salaire qu’il lui revenait sans pour autant ignorer la satisfaction du client. Cela a eut pour résultat que chaque client qui se présentait au resto avait droit au même service sans regard de ce qu’il représentait dans la société.

    Je suis parfaitement d’accord à que soit aboli les pourboires dans toutes les entreprises de consommations .

  3. Je suis d’accord avec vous à 100% je suis cuisinier et je vois les serveuse lever le nez en nous regardant et gagner plus du triple de mon salaire et je fais beaucoup plus que eux ou elles , un salaire minimum sans pourboire cela serais juste et équitable envers tous ,
    Expliquer moi pourquoi , les serveurs ou serveuses ont le droit au pourboire, exemple je fais la bouffe je l’emballe dans des sacs pour les mets à apporter et la serveuse collecte le client et reçois le pourboire sans effort et que dire de toute ma préparation et monter les assiettes avec avec soins et la serveuse reçoit encore le pourboire et se fais dire que cela est excellent , as elle fait à manger, as elle préparer et monter l’assiette , non, un salaire égale en restauration et un partage des pourboire ou simplement un salaire en fonction des compétence, un cuisinier as suivie un cours, moi plus de 3 ans de formation, une serveuse as appris sur le tas et gagne 3 fois mon salaire une injustice qui devrait cesser immédiatement et remettre les pendules à l’heure, cesser de payer des pourboires ou simplement, partager à tous les employés du restaurant , même si je ne reçois que 25 sous à chaque repas que je sert sois plus de 300 par jours j’en serais heureux

  4. Avec un salaire minimum , je vais déjà très peu manger au restaurant alors pourquoi je devrais donner un pourboire à une personne qui gagne le double de mon salaire pour 10 à 15 heures de moins de travail par semaine, j’ai travailler cuisinier et npous sommes sous payer et les serveurs ou serveuses ont le double et même le triple de notre salaire pour 30 heures semaine, moi je dois faire 40 heures pour avoie 3 fois moins que son salaire et quand mon boss m’oblige à faire du sur temps je ne suis pas oayer à temps et demi, sa réponse je vais devoir fermer mes portes et de plus il menace de me congédier, je suis voler sur mon sur temps et par les serveuses qui garde les pourboire des take out , plus jamais je travaillerais en cuisine pour me faire rire de moi par mon boss et les serveuses car pour elle nous sommes tous des minables au petit salaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *