Les « vieux » vont-ils enfin descendre dans la rue ?

Mon titre est racoleur évidemment. Simplement pour attirer votre attention. Pourtant, j’aimerais tant que ce soit une action qui se réalise vraiment. Il y a tellement de groupes et groupuscules qui descendent dans la rue pour une promenade avec banderoles, pancartes et slogans au menu.

Les sujets sont multiples et cherchent soient à faire connaître au public leurs demandes ou faire pression sur les gouvernements. Que ce soit pour le futur de la terre, pour lutter contre les changements climatiques, que ce soit pour réclamer de meilleures conditions de travail, que ce soit pour la santé mentale, pour célébrer les homosexuels,  les sujets sont multiples et infinis.  Il y a tant de gens prêts à manifester dans les rues pour n’importe quel sujet. Il y a les abonnés, surtout chez les jeunes.

On remarque quelques personnes âgées au milieu de ces foules. Mais je rêve de voir les séniors descendre nombreux dans la rue pour réclamer qu’on pense aux grands oubliés qu’ils sont. J’ai écrit que je rêve dans la phrase précédente, mais un rêve utopique que je ne verrai pas et pourtant ce ne sont pas les sujets qui manquent.  Et ce n’est pas le nombre, itou.

Oublions les non autonomes. Enrôler tous les autres à porter des pancartes et des banderoles équivaudrait à une armée de personnes âgées. Évidemment, les vieux n’ont jamais été entraînés à se mobiliser contrairement aux jeunes.

Bien sûr que plusieurs d’entre eux ont participé aux nombreuses marches du RIN. Ils se souviennent de la St-Jean-Baptiste de la matraque, du blocus de l’école à Saint-Léonard pour sauver la langue française à Saint-Léonard. Certains d’entre eux ont été initiés aux nouveaux défilés syndicaux et quelques autres notoires.

Ce sont eux qu’on a baptisés les « baby-boomers »  qui viennent d’adhérer les rangs de la vieillesse.  L’après-guerre n’a pas généré qu’un boum économique. Les soldats avaient redécouvert l’art de créer des familles. Les nombreux enfants de l’après-guerre en sont la démonstration.

La cohorte des nouveaux vieux vient réclamer de nouvelles lois et des mesures nouvelles pour rajeunir l’offre des services. Les gouvernements ne sont pas prêts à les accueillir. Il suffit de nommer les CHSLD qui sont les descendants des hospices.

La Covid 19 est en train de pointer les déficiences du système envers les personnes les plus vulnérables. Le confinement est loin d’être l’unique solution. Les vieux réclament lorsque cela est possible de vivre la fin de leur vie à domicile. Il importe que les soins à domicile doivent être adaptés à répondre à ce besoin. L’urgence invite à passer à l’action maintenant. Lorsque la cohorte des nouveaux vieux arrivera, il sera déjà trop tard.

Je me surprends à voir les vieux descendre dans la rue avec pancartes, banderoles et slogans pour inciter les responsables à bouger.  Je me demande si un leader ne pourrait pas pointer le bout du nez et enthousiasmer ceux qui sont en forme et qui pourrait le suivre.

L’émission Enquête de Radio-Canada a soulevé la toile qui cachait une exploitation par les propriétaires des résidences pour personnes âgées. Que ces dernières deviennent les otages des hausses de tarifs généralisés. L’émission   Enquête aura-t-elle  biaisé  le sujet du reportage en ne montrant que les déficiences des résidences en omettant de rapporter tout ce qui contribue aux succès du concept de ces résidences aussi luxueuses que dégarnies.

Il ne me reste plus qu’à rêver de voir les vieux descendre dans la rue pour manifester avec pancartes et banderoles en scandant des slogans appropriés. Et pourtant ce serait pertinent.

 

CLIQUEZ ICI pour retourner à l'ACCUEIL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *