Claude Gauthier a chanté « Le soleil brillera demain ».

Ça va-tu finir cette maudite pandémie ? Certains osent dire en mai, d’autres en juin, même Trudeau ose dire juillet. J’opte pour juillet en jouant à pile ou face. Je préférerais juin, malgré que les nombreuses festivités ont été annulées.  La bonne humeur pénétrera dans nos cœurs sous le chaud soleil . Cette pandémie planétaire nous rend moroses.  Entre-temps, heureusement que le soleil et une fraîche température agréables sont au menu. Une petite promenade pour prendre de l’air, ça change de notre confinement. Surtout quand on a plus de 70 ans.

Mais que va-t-il se passer après ? Lorsque le monde va reprendre sa marche après, lorsque la vilaine petite bête aura été vaincue ? À quoi ressemblera notre vie après ?

Pourquoi ne pas s’inspirer de des ces trois pandémies qui ont détruit une grande partie de la planète et que je raconte dans lignes qui suivent ? Les populations relevèrent les manches, affrontèrent les traumatismes inhérents, rebâtirent sur les ruines et connurent la prospérité.

LA GRIPPE ESPAGNOLE

La pandémie grippale de 1918, dite « grippe espagnole », est due à une souche particulièrement virulente et contagieuse qui s’est répandue de 1918 à 1919. Bien qu’étant d’abord apparue aux États-Unis, puis en France, elle prit le nom de « grippe espagnole », car l’Espagne – non impliquée dans la Première Guerre mondiale – fut le seul pays à publier librement les informations relatives à cette épidémie.

Cette pandémie a fait de 20 à 50 millions de morts selon l’Institut Pasteur, et peut-être jusqu’à 100 millions selon certaines réévaluations récentes, soit 2,5 à 5 % de la population mondiale.

Aucun chiffre pour le Canada.

Ils sont nombreux les pays touchés par cette pandémie meurtrière qui ont connu l’après et la reconstruction de leurs sociétés.

Tous les pays impliqués ont connu par la suite deux traumatismes soit deux guerres.

 

LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

La Première Guerre mondiale, aussi appelée la Grande Guerre, est un conflit militaire impliquant dans un premier temps les puissances européennes et s’étendant ensuite à plusieurs continents, qui s’est déroulé de 1914 à 1918. De nombreux pays furent impliqués comme l’Autriche-Hongrie, l’Allemagne, la France, du Royaume-Uni, de la Russie, la Belgique. Le Japon , l’Italie, la Roumanie  et les États-Unis,  l’Empire ottoman et la Bulgarie.

L’armistice signé en 1918. Imaginons la difficulté avec autant de pays.

Au total, 60 millions de soldats furent impliqués. 10 millions de civils et militaires y trouvèrent la mort. 20 millions de blessés. 8 millions de chevaux furent tués.   La suite donna le feu vert à la migration pour combler les pertes de population. Ce fut le cas de la  France.

 

LA SECONDE GUERRE MONDIALE

La Seconde Guerre mondiale est un conflit armé à l’échelle planétaire qui dure du 1ᵉʳ septembre 1939 au 2 septembre 1945.

Provoquée par le règlement insatisfaisant de la Première Guerre mondiale et par les ambitions expansionnistes et hégémoniques des trois principales nations de l’Axe (le Troisième Reich soit l’Allemagne, l’Italie fasciste et l’Empire du Japon).

Tellement de pays y furent impliqués.  En Afrique (Seconde guerre italo-éthiopienne dès 1935), en Espagne , en Chine  contre le Japon, en Europe centrale où l’Allemagne annexe autoritairement l’Autriche  la Tchécoslovaquie  enfin la Pologne grâce à un accord passé avec l’URSS.

Ce dernier événement provoque l’entrée en guerre du Royaume-Uni, de la France (à 17 h), et de leurs empires coloniaux respectifs.

Quant aux États-Unis, ils abandonnent leur neutralité après l’attaque de Pearl Harbor par les forces japonaises, le 7 décembre 1941. Dès lors, le conflit devient vraiment mondial, impliquant toutes les grandes puissances, et la majorité des nations du monde sur la quasi-totalité des continents.

Un million de militaires canadiens ont joué un rôle important dans l’effort de guerre des Alliés en étant déployés sur tous les fronts, dont l’Italie, l’Europe du Nord, l’Afrique du NordHong Kong et les îles Aléoutiennes

La Seconde Guerre mondiale le 8 mai 1945 prend fin par la capitulation sans condition du Troisième Reich, puis s’achève le 2 septembre 1945 par la capitulation également sans condition de l’Empire du Japon, La Seconde Guerre mondiale constitue le conflit armé le plus vaste que l’humanité ait connu. Plus de 100 millions de combattants de 61 nations, déployant les hostilités sur quelque 22 millions de km26, et tuant environ 62 millions de personnes, dont une majorité de civils.

Puis ce fut la fin.

Cette guerre a tout démoli. Des villes rasées par les bombes et missiles. Tant de soldats qui ne sont jamais revenus à la maison. Tant d’êtres humains qui n’avaient plus de maisons. Une économie  à raz le sol

L’Allemagne et le Japon furent anéantis. La France défigurée comme tant d’autres.

Tous ces pays furent dévastés, rebâti avec énergie pour redevenir des puissances et connus la prospérité.

Une guerre, on signe l’armistice pour y mettre fin. Mais pas les pandémies comme la grippe espagnole et le coronavirus. Il faut vaincre le virus. Il n’y a pas d’armistice signé. L’ennemi n’a pas de chef. La fin viendra quand le virus sera exterminé.

 

LE SOLEIL BRILLERA DEMAIN DE SES CHAUDS RAYONS.

Quel sera notre sort à la lumière de ces cataclysmes. Il est évident que toute notre vie sera chambardée par ce confinement, par les mortalités, par le travail qui reprendra lentement et une économie défigurée. Nous ne penserons plus de la même façon. Nous n’agirons plus de la même façon. Nous nous téléphonerons plus souvent nos proches amis. Nous recevrons avec joie la visite.  La vie familiale aura gagné du galon.

Nous travaillerons plus de la maison, les patrons auront découvert une nouvelle façon d’utiliser l’internet et la téléconférence.  Les employés des hôpitaux dans la tourmente de la pandémie auront découvert la posologie d’une plus grande efficacité.

Les entreprises qui auront survécu à la longue agonie devront user plein de subterfuges pour reprendre vie. Le gouvernement a ouvert largement ses coffres pour soutenir les travailleurs et les compagnies. Cette aide provoqua un déficit astronomique que les générations qui ont survécu au tsunami sanitaire devront rembourser.

Et nous ne penserons plus de la même façon. Les grandes valeurs oubliées reprendront du service.  Seule la solidarité nous permettra de sortir du marasme. En souhaitant qu’il n’y ait pas une autre vague d’un virus comme pour la grippe espagnole.

Nous ne sommes pas les premiers à avoir vécu une si grande catastrophe comme le coronavirus et à devoir prendre en main le ménage de demain.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CLIQUEZ ICI pour retourner à l'ACCUEIL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *