Combien faut-il payer les bénévoles ?

Je connais des citoyens qui font de nombreuses heures de bénévolat gratuit par semaine en plus de leurs heures de travail régulier à 20$30$ 40$ l’heure. Il y a aussi les vieux retraités. Ils sont nombreux. Le bénévolat c’est l’art de rendre service, de prendre soin sans réclamer d’arrhes.  La générosité colore le bénévolat, donne au geste une grande noblesse et confère au don de soi une vertu humanitaire. Aider mon voisin gratuitement à réparer sa maison est digne de grande fraternité, pourtant un syndicaliste décrivait cela comme du « cheap labour ».

Quand le premier ministre réclamait aux médecins spécialistes une aide de bras à l’intention des CHSLD  pour une « urgence humanitaire », avec une émotion presque désespérée, une cohorte de 2000 médecins spécialistes sur 10,000 levait la main.

Était-ce là un geste généreux et de compassion  de la part d’une caste privilégiée ? Ou l’occasion, financièrement, de combler un manque à gagner.  D’une part, c’est à leur honneur. D’autre part, un sentiment de mesquinerie. Lire la suite

COMBIEN DE MORTS FAUT-IL ?

Il aura fallu le seul décès d’un bébé dû à la maltraitance de ses parents pour mobiliser la grogne populaire et titiller les médias et leurs commentateurs. Il aura fallu qu’une journée pour amonceler poupées, fleurs et jouets devant la demeure du petit par la  générosité et la marque d’affection de la population.  Il aura fallu que peu de journées pour que les élus s’insurgent devant la monstruosité du drame qui a affecté le poupon et qu’on désigne du doigt les défaillances de la DPJ. Peu de journées avant que le gouvernement instaure une commission d’enquête sous la présidence de Régine Laurent. Il aura fallu que la mort d’un bébé.

Mais il aura fallu 31 morts de vieilles personnes dans un CHSLD privé, nommé Herron, avant que le gouvernement instaure une tutelle et mobilise toute une armada de spécialistes pour remettre le CHSLD sur les rails. Devant la maltraitance qu’ont subie les vieux, la SPVM a institué une enquête policière pour déceler l’aspect criminel au cœur de cette monstrueuse affaire. Lire la suite

COMBIEN DE MORTS FAUT-IL ?

Il aura fallu le seul décès d’un bébé dû à la maltraitance de ses parents pour mobiliser la grogne populaire et titiller les médias et leurs commentateurs. Il aura fallu qu’une journée pour amonceler poupées, fleurs et jouets devant la demeure du petit par la  générosité et la marque d’affection de la population.  Il aura fallu que peu de journées pour que les élus s’insurgent devant la monstruosité du drame qui a affecté le poupon et qu’on désigne du doigt les défaillances de la DPJ. Peu de journées avant que le gouvernement instaure une commission d’enquête sous la présidence de Régine Laurent. Il aura fallu que la mort d’un bébé.

Mais il aura fallu 31 morts de vieilles personnes dans un CHSLD privé, nommé Herron, avant que le gouvernement instaure une tutelle et mobilise toute une armada de spécialistes pour remettre le CHSLD sur les rails. Devant la maltraitance qu’ont subie les vieux, la SPVM a institué une enquête policière pour déceler l’aspect criminel au cœur de cette monstrueuse affaire Lire la suite

Claude Gauthier a chanté « Le soleil brillera demain ».

Ça va-tu finir cette maudite pandémie ? Certains osent dire en mai, d’autres en juin, même Trudeau ose dire juillet. J’opte pour juillet en jouant à pile ou face. Je préférerais juin, malgré que les nombreuses festivités ont été annulées.  La bonne humeur pénétrera dans nos cœurs sous le chaud soleil . Cette pandémie planétaire nous rend moroses.  Entre-temps, heureusement que le soleil et une fraîche température agréables sont au menu. Une petite promenade pour prendre de l’air, ça change de notre confinement. Surtout quand on a plus de 70 ans.

Mais que va-t-il se passer après ? Lorsque le monde va reprendre sa marche après, lorsque la vilaine petite bête aura été vaincue ? À quoi ressemblera notre vie après ?

Pourquoi ne pas s’inspirer de des ces trois pandémies qui ont détruit une grande partie de la planète et que je raconte dans lignes qui suivent ? Les populations relevèrent les manches, affrontèrent les traumatismes inhérents, rebâtirent sur les ruines et connurent la prospérité. Lire la suite