Justin Trudeau ne s’occupe pas des plus vulnérables : les ainés

Cette semaine, je publie un communiqué publié par les six grandes associations représentant près de 150 000 personnes âgées réunies au sein de la COALITION POUR LA DIGNITÉ DES AÎNÉS (CDA). Cette armée de vieux se désole de voir que le gouvernement ne s’engage pas davantage afin que la qualité de vie des aînés plus vulnérables ne s’améliore tangiblement

COMMMUNIQUÉ.

Justin Trudeau a annoncé, pour les personnes de 75 ANS ET PLUS, l’envoi unique d’un chèque de 500$ cet été et la bonification de 10% des prestations de la Sécurité de vieillesse dès l’été 2022.

La COALITION s’explique difficilement pourquoi ces sommes ne s’adressent qu’aux personnes âgées de 75 ANS ET PLUS seulement. « Nous nous expliquons très mal l’entêtement du gouvernement à ne pas accorder aux 65 ans et plus la même dignité qu’aux 75 ans et plus », a indiqué le porte-parole de la COALITION.

Au Québec, notons que près de 4 personnes, âgées de 65 ans et plus, sur 10 doivent compter sur le supplément de revenu garanti pour boucler leur budget. Ces derniers méritent la même considération. Des discussions entourant le budget se dérouleront au cours des prochains jours et la COALITION s’assurera que ces arguments soient entendus ».

Les aînés sont loin des paradis fiscaux

Pour la COALITION, il existe d’excellentes raisons économiques d’élargir les prestations de la Sécurité de la vieillesse aux 65 ans et plus. « Les aînés n’iront pas déposer cet argent dans un paradis fiscal. Ils le dépenseront immédiatement et localement, ce qui profitera à nos commerçants qui ont tant souffert durant la pandémie. Il s’agit là aussi d’un moteur de relance », a poursuivi le porte-parole.

38 solutions pour la dignité des aînés

Rappelons que la COALITION a récemment rendu public un document proposant 38 solutions visant à améliorer la qualité de vie de nos vieux. Parmi celles-ci, citons une hausse du Supplément de revenu garanti, une baisse à 65 ans du seuil d’admissibilité aux prestations de la Sécurité de la vieillesse et la création d’une nouvelle allocation pour les aînés qui n’ont pas un revenu suffisant à la retraite. De plus, la Coalition propose de bonifier le crédit d’impôt pour les frais médicaux et de diminuer le seuil d’admissibilité de 3 % à 1,5 % des revenus pour les 65 ans et plus.

« La pandémie a sérieusement contribué à fragiliser davantage les aînés. Il est grand temps que nous prenions collectivement la mesure des enjeux liés au vieillissement de la population. Les séniors du Québec ont des propositions concrètes à formuler. Écoutons-les », a conclu le porte-parole.

À ce communiqué, j’ajoute mon grain de sel.

Ils sont 150,000 membres de 6 associations à réclamer ce qui précède sans aucune écoute du premier ministre. Ce dernier trouve les sous pour les autochtones, les garderies et les étudiants, ce qui est bien, mais de nombreux vieux de la société, qui ont 65 ans et plus, sont aussi maintenus dans une pauvreté inacceptable.

Les prix des loyers et de la nourriture augmentent sans cesse, mais pas leurs revenus. Ils s’appauvrissent sous les yeux du chef de la nation sans une écoute compatissante de celui-ci. Il est question de dignité pour ceux qui ont bâti ce pays. La vieillesse ne commence pas à 75 ans. En délaissant les 65 ans, il est évident qu’il cherche à faire une économie sur leur dos. Ce qui est vil pour ne pas dire méprisable.

CLIQUEZ ICI pour retourner à l'ACCUEIL.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *