AS-TU DEUX SECONDES POUR M’ÉNERVER ?  

Comme je suis un retraité depuis plusieurs années, la télévision occupe les nombreux temps morts de la journée, surtout de la soirée. Il suffit de regarder les émissions de télévision pour avoir sa dose d’énervement. Un simple jeûne de quelques jours du petit écran, pardon ! maintenant, on doit dire du grand écran, pour s’apercevoir combien sa production flirte avec nos nerfs.

Je m’empresse de le démontrer au fil des lignes qui suivent.  Deux aspects du visionnement de sa programmation me suffiront à prouver que mes observations sont justes et appropriées. D’une part, la vitesse si rapide des coupures des images ne peut qu’énerver l’auditoire. D’autre part, la présentation continuelle des mauvaises nouvelles et la nature de bien des émissions suffisent à engendrer un stress continuel et une anxiété quotidienne.

Tout ça pour chatouiller le petit nerf vulnérable.

Les annonces publicitaires inondent cette plateforme qu’est la télévision.
À la fin de la journée et même de la soirée, nous avons ingurgité une panoplie d’images vives, commerciales, dramatiques et de variétés.

Avez-vous remarqué que les plans d’images changent rapidement soit à toutes les 2 secondes ? Avouons que c’est rapide. Seulement deux secondes pour voir une image !

On voit la tête d’un chanteur pendant 2 secondes. Puis au tour de la guitare en gros plan pour 2 secondes ! Puis les choristes pour deux secondes !  Puis le chanteur en plan éloigné pour 2 secondes!  Puis le batteur  pour 2 secondes ! Puis à nouveau un gros plan du chanteur pour deux secondes ! On aimerait voir le chanteur, la vedette, plus longtemps. Et cela continue jusqu’à la fin de l’émission ! Que ce soit une émission de variétés ou émission de chaises ou une série dramatique, c’est pareil.

On dirait que les réalisateurs ont peur qu’on s’ennuie si les plans durent trois ou quatre secondes, et même un peu plus. On voudrait voir notre vedette aimée plus longtemps.

Que ce soit la Voix, En direct de l’univers, Belle et bum, District 31, ou 5ième Rang, la formule est  toujours la même.

L’univers de la publicité est pareil. Jetez-y un coup d’œil ce soir. J’ai même calculé durant une réclame publicitaire des plans d’UNE seconde. C’est vite en titi ! On veut y donner un rythme. Pour cela, c’est réussi !

J’ai remarqué plusieurs publicités où on vous présente 28 secondes d’images de deux secondes pour nous invoquer une ambiance, puis le logo du client pendant 2 secondes. Dire que ce client a payé 28 secondes d’ambiance en images de 2 secondes et deux secondes pour sa marque de commerce. À peine le temps de lire son nom et s’en souvenir, et oubliez son message.  Il y en a plusieurs avec cette mouture.

Presque toutes les annonces publicitaires ont adopté le « 2 secondes ». Les 15 et les 30 secondes des nombreuses publicités se succèdent au même rythme.

Je citais plus haut les émissions comme la Voix où on a à peine le temps de lire le nom du concurrent et le nom de la chanson inscrits en bas à gauche de l’écran. Comme nous sommes rivés sur ces images qui durent deux secondes, nous remarquons quelque chose au bas de l’écran. Il nous reste une seconde pour réagir soit quitter le centre de l’écran et à peine une seconde pour lire le nom du participant. Et vlan, trop tard, le nom a disparu.

La même chose pour En direct de l’univers. Cependant, le texte y est plus long. Pas le temps de regarder l’image principale, puisqu’elle dure 2 secondes et que mon regard est encore en bas à gauche. Pour me faire mentir, le réalisateur de l’émission de samedi soir dernier nous a accordé 1 seconde de plus. Imaginez, on parle de secondes.

Nous passons des soirées à regarder une télévision où les images défilent à 2 secondes. Les yeux sont très sollicités. Et le cerveau, lui, suffit de peine et misère à suivre ce rythme. Il le réussit grâce au système nerveux qui s’essouffle au lieu de se reposer des tracas de la journée.

Passons à la deuxième section de ce texte.  On raconte que les bonnes nouvelles ne font pas les manchettes des médias. Un bon reporter doit chercher le sang sur le mur, comme on dit dans le milieu. On recherche le drame, la tragédie, et dans une bonne nouvelle, on cherchera les poux.

De sorte que les bulletins de nouvelles regorgent de drames. Que ce soit le conflit avec les autochtones et les barrages sur les chemins de fer, que ce soit les manifestations pour le réchauffement planétaire, la maltraitance envers les enfants et les aînées, les assassinats des femmes, les attentats aux multiples morts et blessés, les attentes dans les urgences des hôpitaux, les guerres sur la planète, la refonte des commissions scolaires, les cônes oranges, la perte de nos fleurons industriels, la menace des grandes multinationales sur l’avenir de nos médias, les contestations de la loi 21,les inondations, sont une petite nomenclature des événements qui nourrissent nos médias et les bulletins de nouvelles. Rien de bien enthousiasmant !

On raconte que nos médias sont le miroir de la société. Quelle belle illusion ! Mettons le nez dehors. Conversons avec nos voisins, les marchands, parlez-en avec vos familles et amis, vous verrez que la vie ne ressemble pas à celle des nouvelles de la télévision et des journaux. Avez-vous noté qu’on ajoute une image pendant le reportage du journaliste en médaillon ? Souvent l’image ne correspond pas au reportage. Les réalisateurs ont si peur qu’on s’ennuie qu’il faut que ça bouge sans cesse à l’écran comme pour les deux minutes.

Des meurtres ! Les téléromans et téléséries nous proposent des meurtres à la série. Que ce soit District 31, 5ième Rang, Faits divers et les autres. Ils nous tiennent en haleine. Tout comme Épidémie, ils excitent notre anxiété.

Toutes les journées ou les soirées à regarder un écran où les images circulent à raison de deux secondes, un écran où les images ne nous montrent que le côté pessimiste de la société et de la vie, voilà un cocktail pour engendrer  du stress et de l’anxiété à tout individu normal. Ça explique peut-être pourquoi les antidépresseurs sont si populaires.

Et les directeurs de nos médias ne pensent pas à l’effet collatéral de leur passion du rythme.

 

 

 

 

CLIQUEZ ICI pour retourner à l'ACCUEIL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *